Afrique du Sud : le secteur minier durement affecté par le Coronavirus

Entre juin 2019 et juin 2020, la production minière en Afrique du Sud, pourtant très importante dans l’économie du pays, a connu une chute extraordinaire. La production minière du pays, qui contribue à 8% de la richesse nationale, a chuté de 28,2% en juin par rapport à l’année précédente.

A cause de la pandémie liée au Coronavirus, la production minière sud-africaine a chuté de 28,2%, en juin par rapport à juin 2019, a annoncé l’institut national des statistiques Stats SA, jeudi 13 août 2020. En mai, la production avait déjà enregistré un recul de 29,8% par rapport à mai 2019. La chute avait atteint le chiffre record de 47% en avril, au moment où toutes les mines du pays, à l’exception de celles de charbon alimentant le géant public de l’électricité Eskom, étaient fermées.

« La pandémie de Covid-19 et le confinement mis en place à partir du 27 mars ont eu un impact considérable sur l’activité économique », a souligné Stats SA. Le gouvernement du pays le plus industrialisé du continent africain a ordonné, en fin mars, un confinement très strict qui a mis à l’arrêt la quasi-totalité de son économie. Cette mesure n’a été progressivement levée que neuf semaines plus tard.

L’Afrique du Sud est le pays du continent le plus touché par le Covid-19, avec plus de 570 000 infections, dont plus de 11 000 décès recensés.

Même s’il est en déclin, le secteur minier contribue à 8% de la richesse nationale, 45% des recettes en devises et emploie 450 000 personnes. Avant la crise sanitaire, le pays était déjà englué dans une crise caractérisée par une croissance molle, la détérioration des finances publiques et le chômage de masse. Son économie est retombée dans la récession au dernier trimestre de l’année dernière. Sur l’ensemble de 2019, son PIB n’a augmenté que de 0,2%.

L’extraction minière ne représente désormais plus que 7% du PIB sud-africain, contre 21% en 1980. Le secteur de l’or, qui a fait la richesse du pays de Nelson Mandela, est le plus touché : la production a chuté de 83% entre 1980 et 2018, et le nombre d’emplois dans le secteur est passé de 339 000, en 1997, à 112 000 en 2017, d’après l’Institut sud-africain de statistiques.