Afrique du Sud, le pays où les préservatifs sont plus grands

3XL, ou taille menhirs … les Sud-africains l’ont voulu, Durex l’a fait. Suite à de nombreuses plaintes de consommateurs quant à la taille des préservatifs, le fabricant anglais a lancé, le 1er août dernier, le « XL Comfort », un modèle extra-large. Réalité anatomique ou argument marketing, tous les moyens sont bons pour gagner des parts de marché.

Par Anna-Alix Koffi

21,5 cm de long pour 5,7 cm de large… le « XL comfort » arrive en Afrique du Sud. Apparemment le seul préservatif de taille pour le plaisir des Sud-africains hors normes. Durex s’est empressé de répondre à la demande. L’Afrique du Sud serait-elle l’eldorado de la virilité épanouie ou s’agit-il d’une simple opération marketing du leader mondial et troisième du marché sud-africain ? Interrogé par Afrik, le siège de la société, basé en Grande-Bretagne, certifie que les produits de ce marché sont identiques à ceux commercialisés partout ailleurs. Disponible depuis le 1er août dernier en Afrique du Sud, le « XL comfort », préservatif le plus long sur le marché international, est vendu dans le monde entier. « Nous avons reçu de nombreux appels de consommateurs se plaignant de la petite taille de nos préservatifs, c’est pourquoi nous avons mis en vente un préservatif plus grand », a déclaré à Afrik Stuart Roberts, responsable de la distribution des préservatifs Durex pour l’Afrique du Sud. Il précise que les réclamations qu’ils ont eues « n’émanaient que des consommateurs noirs ».

One man, one size

Les Sud-africains noirs confirmeraient-ils un vieux stéréotype ? S’appuyant sur des centres de statistiques, c’est toutefois aux Français, sans distinction raciale, que les chiffres de Durex Afrique du Sud accordent la palme mondiale avec une moyenne de 16 cm contre 15,9 cm pour les Sud-africains noirs et 14 cm pour tous les autres. La taille moyenne d’un préservatif est de 15,11 cm. Il faut prendre en considération les différences de standards selon les fabricants. Ainsi, le modèle « king size » de l’un sera de 18, 5cm de long pour 5,4 cm de largeur, alors que le modèle « naturel » de l’autre sera long de 19,4 cm et large de 5,4 cm. Médecins comme fabricants attestent que les formes et les mesures phalliques varient selon les hommes au sein d’un même groupe racial. En 1998, dans son rapport intitulé The Male Latex Condom (le préservatif masculin en latex), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dressait un tableau des différentes dimensions de pénis en fonction de la région du monde ou de l’ethnie. Etabli pour des questions d’homologation, ce tableau révèle par exemple qu’aux Etats-Unis, 21% d’Afro-américains atteignaient entre 17,6 et 20 cm contre 15% de type « caucasien » (Blanc), et un pourcentage nul pour les Thaïlandais. A contrario, 51%de Thaïlandais oscillent entre 12,6 et 15 cm contre 27% chez les Caucasiens et 15% pour les Afro-américains. Bien entendu, ces chiffres valent pour des pénis en érection.

Pus grand, c’est mieux

Chez Durex, dont le XL a déjà fait progresser les ventes, Stuart Roberts affirme que les Sud-africains connaissent encore, de manière générale, des difficultés pour acheter des préservatifs. « Ils ont peur d’être pris soit pour des cavaleurs, soit pour des traînées ». « Ceci peut aider à rendre les préservatifs attractifs. Les hommes vont les [les préservatifs XL, ndlr] acheter pour flatter leur ego », a déclaré à la BBC, Thandi Xolo, membre de la National Association of People living With HIV/Aids (Napwa), association qui s’occupe des Sud-africains les plus démunis. L’argument d’une virilité flatteuse peut inciter à l’achat du préservatif et contribuer à la prévention du Sida dans le pays le plus touché au monde. Mais le facteur risque est-il bien pris en compte ? Le fait d’utiliser des préservatifs trop grands ne nuit-il pas à leur efficacité ? Roberts affirme que non, puisque le XL est plus long et non plus large et qu’« il suffit le cas échéant de le rouler à la base… ». Mais parce que le Durex XL, est moins abordable que les « Choice condoms », les préservatifs gratuits du ministère de la Santé, la question de la taille est aussi un problème de bourse.