Afrique du Sud : le dernier lancer de Burger Lambrechts

Le champion sud-africain du lancer de poids, Burger Lambrechts, a été suspendu par sa fédération pour dopage. Attendu vendredi à Lisbonne, le recordman de Johannesburg s’est vu exclure de toute compétition et de toute activité en athlétisme.

Le favori reste chez lui. Le géant sud-africain, avec ses 145 kilos pour deux mètres, était très attendu à Lisbonne, de vendredi à dimanche prochains, pour les championnats du monde en salle. Il en était le grand favori…jusqu’à trois jours de la compétition. Contrôlé positif aux stéroïdes anabolisants, il a été exclu de  » toute compétition et de toute activité en athlétisme « , avec effet immédiat, par la fédération sud-africaine d’athlétisme. A 27 ans, le lanceur avait amélioré le record africain en lançant le poids à 20, 90 mètres, le 23 février dernier. Le jour même où il a subi un test antidopage. Résultat : il prenait des anabolisants depuis deux ans.

Pékin, capitale de l’Afrique du Sud

La presse sud-africaine qui a porté aux nues Burger Lambrechts, pendant des années, l’a relégué en pages intérieures.  » On ne peut plus ironiser sur les athlètes chinois ou les nageuses de l’ex-Allemagne de l’Est. On découvre, depuis un peu plus d’un an, que nos athlètes carburent à la nandrolone. Même les tennismen s’y mettent ! Il règne un climat de suspicion sur le sport sud-africain, surtout depuis la suspension de deux joueurs de rugby « , s’offusque un chroniqueur sportif. Rares sont les sportifs qui ont pris la défense de Burger Lambrechts. Même son entraîneur Doep du Preez a préféré se réfugier dans un silence obstiné.

Le quintuple champion d’Afrique du Sud se refuse à tout commentaire. Son avenir sportif paraît des plus compromis car il a peu de chance que son recours déposé auprès de sa fédération puisse aboutir à une levée des sanctions.