Afrique du Sud : La joie d’offrir… en ligne

En Afrique du Sud, un nouveau site permet d’offrir des bons d’achats cadeaux à la personne de son choix. Encore marginal, le commerce électronique en Afrique du Sud attire de plus en plus d’entreprises.

Noël, anniversaire, Saint Valentin…Trouver le cadeau idoine, fut-il empoisonné, confine parfois au casse-tête chinois ! Le site sud-africain Streetcar.com propose de résoudre le problème en un click. Ou plutôt en trois. Le premier pour choisir parmi les 75 villes du pays la destination de l’heureux élu. Le deuxième sélectionne l’un des dix magasins, partenaires du site : librairies, parfumerie, agences de voyages, etc. Enfin, la dernière étape, l’internaute remplit un bon d’achat, que le destinataire recevra, à domicile, dans un joli portefeuille personnalisé. Il se rendra lui-même dans la boutique pour choisir son cadeau. Le site comprend des marques de renom comme Kookaï, Diesel ou le Club Med.

Astucieux mais pas très novateur, le site a l’avantage de faire réaliser des économie de coûts (colis postaux) pour l’importante communauté d’expatriés sud-africains dans le monde entier, désireuse d’envoyer des cadeaux à leur famille. Mais le coeur du cible du site, ce sont surtout les entreprises, comme l’avoue Eleni Georgiades, l’un des managers du site.  » La plus grande partie de nos ventes sont réalisées par les grandes entreprises pour leurs cadeaux de fin d’année ou des récompenses internes.  » Le site affiche l’ambition d’enregistrer 200 à 250 bons d’achat par jour dans les six mois à venir.

Premiers pas de la Netéconomie

Le commerce électronique, et de manière générale, la connectivité Internet, en est à ses tous premiers pas dans le continent. Dans ce contexte, l’Afrique du Sud semble être le pays le mieux loti en matière de Netéconomie. Selon Eleni Georgiades, le pays abriterait plusieurs centaines de sites marchands pour les particuliers.  » Mais le marché à fort potentiel de développement reste celui du B to B (Ndlr : business to business). Les plus grandes banques ainsi que les groupes d’assurances offrent désormais des services sur Internet. Nous savons qu’1, 8 millions de foyers sud-africains sont connectés et nous avons recensé 350 000 acheteurs en ligne.  » En effet, de nombreux entreprises sud-africaines s’associent pour mettre leurs produits en ligne sur un même site. Un bureau de publicité sur Internet en Afrique du Sud a même vu le jour en juin dernier.

Pourtant, en Afrique, un abonnement au Web coûte 100 dollars* contre 20 dollars aux Etats-Unis. Et 75 % des écoles du pays sont dépourvues de téléphone. A titre de comparaison, le taux de pénétration d’Internet dans les pays de l’OCDE est de 6,9 % contre 0,1 % en Afrique subsaharienne. Des chiffres qui portent croire que pour l’heure, les plaisirs du Net sont réservées aux élites de l’économie.

* Tous ces chiffres sont extraits du rapport PNUD, 1999.