Afrique du Sud : l’opération de la ministre de la Santé aurait été favorisée par Thabo Mbeki

Le président Thabo Mbeki aurait formellement demandé aux chirurgiens d’un hôpital de Johannesburg d’effectué la transplantation d’un foie à sa ministre de la Santé. Si l’information est avérée, le chef de l’Etat aurait abusivement usé de son pouvoir en faveur de Manto Tshabalala-Msimang, par aillleurs soupçonnée d’alcoolisme, estime le principal part d’opposition sud-africain.

Johannesburg, Afrique du Sud

Le chef du principal parti d’opposition sud-africain, Alliance démocratique, Hellen Zille, a demandé l’ouverture d’une enquête sur les allégations selon lesquelles le président Thabo Mbeki a aidé la ministre de la Santé, Manto Tshabalala-Msimang, à bénéficier en mars dernier d’une transplantation du foie.

La nouvelle de cette transplantation avait suscité une grosse polémique en Afrique du Sud, où d’après certaines allégations, la greffe a été acceptée par les chirurgiens du Donald Gordon Medical Centre à Johannesburg suite à un appel téléphonique de M. Mbeki, exigeant que l’opération soit réalisée dès qu’un don de foie serait disponible.

Pour Mme Zille, si ces accusations sont vraies, il s’agirait d’une utilisation abusive de l’autorité du président pour influencer une décision qui n’aurait dû être prise que sur des bases médicales, en soulignant que le foie a été donné à la ministre de la Santé, sans tenir compte des autres patients qui figuraient sur la liste d’attente.

Accusée d’alcoolisme

« Si l’alcoolisme est la raison pour laquelle la ministre avait besoin d’une greffe et si la ministre n’a fait aucun effort avant l’opération pour réduire son alcoolisme, elle n’aurait pas été une bonne candidate à la transplantation et la vie de quelqu’un d’autre avec un pronostic médical moins risqué a peut-être été perdue en conséquence de l’appel du président », a accusé la chef de l’opposition.

Dans sa lettre adressée au Protecteur public, Mme Zille a écrit qu’on aurait ordonné aux médecins de décrire l’état de santé de Mme Tshabalala-Msimang comme étant le résultat d’une « hépatite auto-immune et non de l’alcoolisme ».

Mme Zille, qui a soumis une question parlementaire au président en lui demandant s’il a passé ce fameux coup de fil, a également écrit au Donald Gordon Medical Centre pour leur demander de donner l’information sur le nombre de patients figurant sur la liste d’attente d’une greffe de foie au moment de la transplantation réalisée sur la ministre.

Les informations qu’elle réclame portent sur l’âge, l’état de santé et la situation actuelle de chacun de ces patients (sur la liste d’attente). « Il est nécessaire d’établir exactement à quel niveau se situait la ministre sur la liste des patients prioritaires au moment de son opération afin de déterminer s’il y a eu ou non une influence abusive par rapport à la décision des médecins », a conclu Mme Zille.