Afrique du Sud : L’étrange tradition « des lits volants » au nouvel an

Les forces de l’ordre sud-africaines sont en alerte pour la Saint-Sylvestre. Chaque nouvel an une tradition étrange sévit dans le quartier de Hillbrow, à Johannesburg, où des habitants lancent par leur fenêtre des objets usés, lits, frigos, meubles, télévisions… Mais cette pratique, qui leur permet de se débarrasser de leurs vieux objets de manière radicale, constituent un réel danger public.

Incroyable mais vrai ! Le lancé d’objets usés à travers la fenêtre le 31 décembre est devenu une véritable tradition pour les habitants du quartier de Hillbrow, à Johannesburg. Des frigos, lits, meubles, télévisions, fours… Tout peut être jeté par la fenêtre. Pour les habitués de cette coutume plus qu’étrange, c’est un excellent moyen de se débarrasser des vieux objets. « Nous jetons les vieux trucs, parce que nous en avons des neufs », explique Dickens Patwell, 24 ans, réparateur d’ordinateurs, qui se rappelle avoir jeté un lit par dessus son balcon il y a quelques années. « Les gens se débarrassent de beaucoup de choses, des appareils électriques, micro-ondes, fours, téléviseurs », précise, pour sa part, James Thomas, 26 ans.

C’est aussi une façon « de créer des emplois pour les dizaines de ferrailleurs et autres collecteurs de produits recyclables qui sillonnent les rues de Johannesburg toute l’année », clame James Thomas. « On sait que personne ne sortira. Mais nous, on crée du travail pour les gens », assure-t-il. Quelques vieux objets pourraient voler depuis sa fenêtre, affirme le jeune homme : « Y’aura des trucs à jeter, des trucs qui sont plus sous garantie… »

L’heure de gloire de Hilbrow

Mais chaque année la chute de ces objets fait de multiples blessés. Pour éviter les débordements, les forces de l’ordre ont mis en place un important dispositif de sécurité. Dès la tombée de la nuit dans le quartier, « plusieurs unités vont être déployées : des unités canines, des hélicoptères, la police montée, la police anti-émeute », explique le porte-parole de la police provinciale, Tshisikhawe Ndou. Des centres de soins seront également installés autour du quartier pour traiter en urgence les éventuels blessés. Certes, la situation s’est un peu calmée depuis quelques années, mais la police admet qu’il est difficile d’anticiper les comportements des habitants lors de la nuit du nouvel an.

Hillbrow, également connu pour être régulièrement en proie à des flambées de violence, a pourtant eu son heure de gloire. Ce quartier cosmopolite blanc, surnommé autrefois « quartier latin », est célèbre car durant la ségrégation raciale, Noirs et Blancs sud-africains vivaient ensemble pour défier le pouvoir. On y écoutait de la musique jusque tard dans la nuit dans des cafés bondés de monde. Mais au début des années 1990, les prix de l’immobilier se sont effondrés, la criminalité a augmenté, les librairies et les disquaires ont fermé, les Blancs sont partis peu à peu et les restaurants ont déménagé vers d’autres banlieues. Aujourd’hui, Hillbrow est devenu un refuge pour les dizaines de milliers d’immigrants originaires de d’autres pays africains. Selon les autorités sud-africaines, des trafiquants de drogue nigérians et hommes recherchés pour le génocide rwandais s’y seraient réfugiés.

Lire aussi :

La Saint-Sylvestre en Afrique