Afrique du Sud : fin de la grève dans la métallurgie

Le patronat sud-africain et le syndicat Numsa ont trouvé un accord après quatre semaines de grève dans le secteur de la métallurgie.

Après quatre semaines de grève dans le secteur de la métallurgie en Afrique du Sud, le patronat et le syndicat sont parvenus à trouver un accord, prévoyant notamment une hausse du salaire. Le syndicat Numsa a appelé les quelque 220 000 grévistes à reprendre leurs activités dès ce mardi. Le patronat s’est dit « soulagé que la grève soit enfin terminée ».

Le secrétaire général de Numsa, Irvin Jim, a présenté l’accord devant la presse lundi après-midi. Il prévoit donc « 10% d’augmentation de salaire chaque année pour les ouvriers les moins bien payés pour les trois prochaines années ». Une nouvelle grève est toutefois à craindre dès l’an prochain, car le syndicat avait exigé d’obtenir un accord sur une seule année, ce qu’a catégoriquement refusé le patronat.

L’arrêt temporaire des activités, lancé le 1er juillet, a durement affecté l’économie nationale, paralysant en partie le secteur vital de l’automobile, mais aussi celui du bâtiment, en panne de composants métalliques pour faire avancer les chantiers. Ce conflit touche à sa fin quelques semaines seulement après la plus longue grève minière de l’histoire du pays, près de cinq mois, dans les mines de platine.

La Banque centrale a revu ses prévisions à la baisse et pronostique 1,7% de croissance du PIB pour toute l’année 2014. Pour le gouvernement, nul doute que cette grève était une nouvelle épine dans le pied, dans un climat plus que morose marqué par un taux de chômage qui touche officiellement un adulte sur quatre, une dépréciation de la note de l’Afrique du Sud par les agences de notation ou encore la chute notable de la croissance.