Afrique du Sud : des portables à la portée des enfants

En Afrique du Sud, de plus en plus de personnes de moins de 18 ans utilisent le téléphone mobile. Pour protéger les jeunes et les enfants de contenus « incorrects » qu’ils pourraient recevoir sur leur portable, Cell C, Vodacom et MTN viennent de signer un accord sur le code de bonnes pratiques.

Les trois principaux opérateurs de téléphonie mobile d’Afrique du Sud ont signé mercredi un accord visant à protéger les enfants de contenus qui ne leur conviennent pas. Cell C, MTN (Mobile Telephone Networks) et Vodacom ont signé l’accord sur le code de bonnes pratiques pour encourager l’utilisation responsable du contenu du téléphone mobile par les consommateurs.

En vertu de cet accord, les trois opérateurs vont également promouvoir l’adoption de « processus et procédures responsables » pour la fourniture de contenus et de services de téléphonie mobile corrects.

Pas de censure

« Il faut également que les opérateurs adoptent des mesures suffisantes pour s’assurer qu’aucun contenu illégal n’est visionné à travers leurs réseaux », indique le communiqué conjoint rendu public par les trois entreprises. Cependant, le succès de l’initiative dépendra des mesures prises par les opérateurs de téléphonie mobile pour introduire des contrôles d’accès, des mesures de filtrage et d’autres outils pour contrôler l’accès par les enfants au contenu adulte.

Il n’existe jusqu’à présent aucune réglementation du contenu et des services du mobile dans le pays excepté le code de conduite pour le SMS premium, introduit en septembre 2005. « Le Code de bonnes pratiques n’est en aucun cas une tentative des opérateurs de téléphonie mobile de se livrer à la censure. Il s’agit d’anticiper sur la croissance de nouveaux services qui sont largement adoptés par les consommateurs, y compris les utilisateurs âgés de moins de 18 ans », explique le communiqué.