Afrique du Sud, Covid-19 : Julius Malema veut être le premier à recevoir le vaccin


Lecture 2 min.
Julius Malema
Julius Malema

Le chef de l’Economic Freedom Fighters (EFF), Julius Malema, a indiqué qu’il était prêt à être le premier dans la file d’attente lorsque les vaccins Covid-19 seront enfin disponibles en Afrique du Sud. Il s’exprimait lors du premier point de presse du FEP de l’année.

Le chef de l’Economic Freedom Fighters (EFF), Julius Malema, a déclaré qu’il était prêt à être le premier dans la file d’attente lorsque les vaccins contre le Coronavirus seront enfin disponibles en Afrique du Sud. Malema s’exprimait lors du premier point de presse du FEP de l’année, où il a appelé les Sud-Africains à ne pas combattre la science et a averti que la guerre contre la pandémie serait perdue si le médicament était traité comme l’ennemi.

Il a réfuté les théories du complot selon lesquelles l’intention du vaccin est de tuer les Noirs, affirmant qu’il serait administré à toutes les races et que s’il y avait quelque chose de fâcheux, ceux chargés de l’administrer sonneraient l’alarme. L’Afrique du Sud devrait recevoir ce mois-ci les premiers 1,5 million de doses du vaccin de l’Institut indien du sérum, qui, selon le ministère sud(africain de la Santé, serait destiné aux agents de santé.

Julius Malema a déclaré que c’est l’incapacité de l’Afrique du Sud à développer sa capacité pharmaceutique qui l’avait rendue vulnérable face à la pandémie mondiale. « Il est pratiquement impossible qu’un vaccin soit administré seul aux Noirs et les tue. Nous avalons le même médicament que les Blancs. Si cela doit nous tuer, alors ils tueront aussi leur propre peuple », a-t-il indiqué.

Il a ajouté qu’il était prêt à payer pour être le premier à prendre le coup, ajoutant que la bataille contre le Covid ne serait pas gagnée sans la science. « Cela ne fonctionnera pas celui-là. C’est maintenant la science qui doit être appliquée ». Julius Malema a également mis en garde ses propres membres contre la diffusion de ce qu’il a appelé des théories insensées sur les vaccins. Malema a en outre pris le soin d’exhorter les Sud-Africains à rester vigilants face à la deuxième vague d’infection.

« Les images qui sortent de nos hôpitaux surchargés ont été terrifiantes, avec des hôpitaux de fortune installés dans des parkings et de nombreuses personnes décédant dans les ambulances parce que les hôpitaux ont atteint leur capacité. Les salons funéraires et les enterrements sont confrontés à une pénurie de cercueils et la vitesse à laquelle les gens meurent a conduit à traiter les morts comme du bétail parce que l’espace doit être dégagé dans les chambres froides et des cercueils doivent être créés », a-t-il déclaré.

Depuis le début de la pandémie sur le continent au mois de mars 2020, l’Afrique du Sud a enregistré plus de 1 278 303 de cas, dont 1 030 930 guérisons et 35 140 décès.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter