Afrique de l’Ouest : adoption d’un plan régional pour lutter contre Ebola

Un plan régional a été adopté jeudi pour lutter contre l’épidémie Ebola par les ministres de la Santé des pays d’Afrique de l’Ouest, réunis à l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Accra, capitale du Ghana.

Les ministres de la Santé des différents pays d’Afrique de l’Ouest ont convenu jeudi d’un plan de concertation régional de lutte contre Ebola. Ils étaient réunis mercredi et jeudi à Accra, dans la capitale ghanéenne, à l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’heure est à la mobilisation pour tenter d’endiguer l’épidémie. Un fond d’urgence doté de 10 millions de dollars va être mis en place pour renforcer les différentes structures de soins dans les zones les plus atteintes par le virus, rapporte la BBC. L’organisation onusienne a décidé d’ouvrir un centre de contrôle en Guinée, afin de coordonner la logistique dans ce pays où Ebola est apparu en premier dans la région en mars dernier.

Mobiliser les personnalités

L’OMS a aussi demandé aux gouvernements de mobiliser les personnalités politiques, religieuses et communautaires de leurs pays pour sensibiliser la population aux dangers de ce virus. Un des problèmes que rencontrent les organisations humanitaires internationales dans leur lutte contre le virus est qu’elles peuvent rencontrer l’hostilité des populations, suspicieuses face à l’arrivée des médecins étrangers. Certains personnes cachent leur maladie.

Les populations ont aussi parfois du mal à accepter les mesures préventives qui peuvent venir heurter le bon déroulement de rites traditionnels et notamment des funérailles où il y a un risque de transmission de la maladie si le défunt est affecté.

Les foyers d’infection se multiplient

Alors qu’une accalmie avait été annoncée dans la diffusion de la fièvre hémorragique, le virus semble connaître une véritable recrudescence. L’OMS a comptabilisé 467 décès pour 759 cas confirmés dans des chiffres publiés en début de semaine. C’est une hausse de 38% des décès par rapport aux derniers chiffres de l’institution publiée la semaine d’avant.

Pour l’instant, trois pays sont touchés par Ebola : la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia. L’OMS a demandé aux pays frontaliers de se préparer à l’arrivée de l’épidémie, notamment la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali et le Sénégal.

La lutte contre la propagation du virus est rendu difficile par le nombre de foyers d’infection qui se multiplient. « Plus de 60 foyers sur trois pays. Les foyers deviennent trop nombreux. A chaque fois il faut mettre en place un centre de prise en charge, un suivi des contacts, une sensibilisation, une gestion des funérailles pour pouvoir stopper la chaîne de transmission de l’épidémie », a expliqué à RFI le responsable adjoint des programmes de la cellule d’urgence de MSF-Suisse, Antoine Gauge.