L’Afrique du Sud attaque Israël devant la Cour internationale de justice


Lecture 3 min.
Benjamin Netanyahu et Cyril Ramaphosa
Benjamin Netanyahu et Cyril Ramaphosa

L’Afrique du Sud a déposé une requête auprès de la Cour internationale de justice accusant Israël de génocide contre le peuple palestinien à Gaza.

Premier pays à accuser Israël

Le gouvernement sud-africain a déposé une requête auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) pour attaquer Israël. La nation arc-en-ciel accuse l’État hébreu de génocide contre le peuple palestinien à Gaza. La requête, déposée le 29 décembre 2023, affirme que les actions d’Israël constituent une violation de la Convention sur le génocide. Et de citer les bombardements de Gaza, la politique d’occupation et le blocus de la bande de Gaza.

Ce pays d’Afrique Australe est la première nation à accuser Israël de génocide contre le peuple palestinien. La requête de l’Afrique du Sud est fondée sur la Convention sur le génocide, un traité international qui définit le génocide comme « l’acte commis avec l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel ».

Mesures urgentes pour protéger le peuple palestinien

Dans sa requête l’Afrique du Sud énumère des actions d’Israël qui, selon elle, constituent une violation de la Convention sur le génocide. Il s’agit des bombardements de Gaza, qui ont tué des milliers de Palestiniens, dont de nombreux civils. De la politique d’occupation israélienne, qui prive les Palestiniens de leur droit à l’autodétermination. Du blocus de la bande de Gaza, qui empêche l’aide humanitaire et les biens essentiels d’atteindre la population palestinienne.

Dans sa requête, l’Afrique du Sud demande à la CIJ de prendre des mesures urgentes pour protéger le peuple palestinien. Notamment en enjoignant à Israël de mettre fin à ses attaques militaires et de laisser passer l’aide humanitaire. La réponse de l’Etat hébreu à ces attaques n’a pas tardé. En effet, Israël a rejeté les accusations de l’Afrique du Sud, les qualifiant de « diffamation ».

Des accusations graves

Le gouvernement israélien a déclaré que la requête de l’Afrique du Sud était « sans fondement ». Et qu’elle était une « attaque contre la démocratie israélienne ». La CIJ devrait se prononcer sur les mesures urgentes demandées par l’Afrique du Sud dans les prochaines semaines. Si la CIJ conclut que les actions d’Israël constituent un génocide, cela pourrait entraîner des sanctions internationales contre Israël.

Les accusations de l’Afrique du Sud sont suffisamment graves pour avoir des incidences sur les relations entre Israël et les pays africains. Notons que les bombardements de Gaza ont inclus des attaques contre des écoles, des hôpitaux et des infrastructures civiles. Par ailleurs, le blocus de la bande de Gaza empêche l’importation de produits alimentaires, de médicaments et d’autres biens essentiels.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter