Afriqua Paris promeut les cultures d’Afrique et des Caraïbes

Astou Arnould

Promouvoir et médiatiser les créations et formes d’expression culturelles de l’Afrique et des Caraïbes qui se déroulent à Paris, c’est la mission que s’est assignée Afriqua Paris. Cette structure économique et solidaire, créée en octobre 2008 par Astou Arnould et Penda Traoré entend porter les œuvres afro-caribéennes à la connaissance d’un large public parisien. Prochaine rencontre ce jeudi, de 19h à 21h au restaurant Albarino à Paris.

Une fois par mois, Afriqua Paris organise une rencontre à Paris, dans le 16ème arrondissement, rue Lekain, afin de proposer un dialogue entre les artistes et le public qui s’intéresse aux cultures afro-caribéennes se vivant à Paris et dans sa région. La structure prône deux formes de rencontre : l’une, directe avec le public dans un lieu donné, et l’autre en ligne pour relayer les activités.

Astou ArnouldPour la responsable relation publique presse de la structure, Astou Arnould, Institutrice et spécialiste en communication événementielle, Afriqua Paris a pour objectif principal de porter des œuvres majeures de l’Afrique et des Caraïbes à la connaissance de tout public s’intéressant à la culture. Elle prescrit, promeut et médiatise les activités culturelles afro-caribéennes et informe le public sur les différentes manifestations qui ont lieu. Ces formes d’expressions culturelles sont le théâtre, la littérature et le cinéma. Le public visé est non seulement la diaspora noire, mais aussi des esthètes de divers origines et horizons socioprofessionnels souhaitant découvrir d’autres cultures.

Cette structure entend permettre une meilleure compréhension des membres de la diaspora entre eux-mêmes et valoriser l’image des cultures afro-caribéennes. « Quand on partage la même culture, ça favorise la compréhension », estime Astou Arnould. Afriqua Paris fait aussi connaître les grands hommes et les auteurs qui ont joué ou favorisé l’émergence et la reconnaissance des cultures africaines et caribéennes. La rencontre du 2 avril dernier par exemple, a permis la promotion et la meilleure compréhension des écrits d’Aimé Césaire.

Aujourd’hui financée majoritairement grâce à des partenariats avec des salles tel que l’Albarino, Afriqua Paris fera payer à l’avenir ses services aux structures qui font appel à elle.

Penda TraoréAfriqua Paris est née d’un constat, le peu de médiatisation des activités culturelles africaines, et de l’amour du théâtre et du cinéma qu’ont Astou Arnould et Penda Traoré. « Nous, on croit à l’universalité des œuvres, à l’accession de tous à toutes formes de culture », affirme la première. A moyen et long terme, les deux fondatrices envisagent faire asseoir Afriqua Paris comme une entité de communication pour prescrire, promouvoir et médiatiser les cultures africaines et caribéennes.

Pour plus d’informations :

 Le blog d’Afriqua Paris

 Les infos sur la rencontre-débat : Quelle place pour les cinémas d’Afrique et des Caraïbes à Paris ?