Africanimus Internetus

Le site d’Africanimo est une petite galerie de photos d’animaux d’Afrique en ligne. De navigation aisée et de présentation agréable, il fournit des informations savantes sur chacune des espèces. Pour s’instruire sur l’éléphant ou s’amuser du youyou.

Site très prometteur par son esthétique et sa facilité de navigation. On aimerait plus d’animaux mais si le futur plumage est égal au ramage, il sera le phénix des hôtes de l’Afrique ! Alors…Bravo! « . Ce petit extrait du Livre d’or d’Africanimo donne le ton : c’est mignon, c’est frais, et le design est impeccable. Africanimo démarre avec, à son actif, une bonne quinzaine de fiches exhaustives sur les animaux d’Afrique. Les auteurs commencent par les incontournables. L’éléphant, le guépard et le crocodile n’ont plus de secret pour eux. Et d’ailleurs on ne dit pas  » éléphant « , mais Lodoxonta africana sur Africanimo. Régulièrement actualisée, la banque de données s’enrichit à grande vitesse, permettant l’arrivée d’animaux plus rares : l’impala, le gris d’Afrique ou le youyou. Pardon, le Poicephalus senegalus.

Animaux à la commande

En plus des fiches agrémentées de photos toujours très réussies, le site dispose de plusieurs images d’animaux à télécharger. Fonds d’écran et album photos pour se fournir en scènes pittoresques de Lodoxonta barbotant avec ses petits… On regrette simplement que la rubrique  » e-cards  » ne fonctionne pas : on aurait bien aimé pouvoir envoyer quelques poicephalus à nos amis pour noël. Enfin, Africanimo se veut avant tout un site interactif : l’internaute peut à tout moment communiquer aux webmestres les animaux qu’il aimerait voir figurer sur le site et ceux-ci se mettront immédiatement à plancher sur le sujet.

Les petites fiches sont vraiment instructives et très distrayantes. On y apprend par exemple que le sexe des youyous n’est pas identifiable sans un pistage ADN, que l’hippopotame est doté de petites oreilles repliables pour permettre une immersion maximale ou encore que la girafe est un animal plutôt taciturne. Le style est neutre, mais l’information est dense. Pour les âmes sensibles : la page du crocodylus niloticus est cependant à éviter.

Voir le site.