Affaire Pistorius : mécontent, le parquet conteste l’homicide involontaire

Le parquet sud-africain a fait appel de la condamnation pour homicide involontaire de l’ancien champion paralympique Oscar Pistorius, qui a tué sa petite amie de quatre balles de neuf millimètres.

Oscar Pistorius n’en a pas encore fini avec la justice. Le parquet sud-africain a fait appel, lundi 17 août, de la condamnation de l’ex-champion paralympique sud-africain pour « homicide involontaire », estimant que la juge aurait dû le condamner pour « meurtre ». Une décision loin d’être surprenante, puisque le parquet avait fait part de son mécontentement dès la condamnation de l’ancien athlète, mais « les documents ont été déposés à la Cour suprême d’appel » seulement ce lundi, a déclaré un porte-parole. Le procès en appel devrait avoir lieu au mois de novembre.

Cette décision de la justice avait été vivement critiquée par la presse et la famille de la victime. De son côté, la juge Thokozile Masipa avait considéré lors du procès que l’accusation n’avait pas réussi à prouver l’intention d’Oscar Pistorius de tuer sa petite amie et l’avait donc condamné pour « homicide involontaire » alors que le ministère public avait pour sa part poursuivi Oscar Pistorius pour « meurtre avec préméditation », et réclamait une sentence bien plus lourde.

Oscar Pistorius a tué sa petite amie, le mannequin, Reeva Steenkamp le 14 février 2013. Cette dernière a été abattue de quatre balles de neuf millimètre par le champion paralympique alors qu’elle se trouvait dans la salle de bain de leur appartement. Pour sa défense, Oscar Pistorius a affirmé qu’il ne pensait pas qu’il s’agissait de sa petite amie mais d’un voleur qui tentait de l’agresser.

Une thèse à laquelle le parquet sud-africain n’a jamais cru. Seulement, il n’a non plus jamais pu apporter la preuve du fait que le meurtre était préméditée par l’ancien athlète. La vraie question en effet depuis le début de cette affaire qui a tenu en haleine les médias du monde entier était de savoir si Oscar Pistorius avait commis un homicide involontaire ou un acte prémédité.