Affaire DSK : Nafissatou Diallo contre-attaque

Nafissatou Diallo, la victime présumée de Dominique Strauss-Khan, organise sa défense médiatique. Son avocat Kenneth Thompson a accordé une interview exclusive au journal Le Parisien paru ce jeudi où il affirme que la femme de chambre « a bien été violée ». Le témoignage de Nafissatou Diallo n’est également pas « mis en doute » par Susan Xenarios, la directrice du centre qui a examiné Nafissatou Diallo à l’hôpital Saint Luke’s Roosevelt. Le parquet de Manhattan a affirmé que les charges contre l’ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) sont maintenues.

Me Kenneth Thompson, l’avocat de Nafissatou Diallo, la victime présumée de Dominique Strauss-khan est catégorique : sa cliente « a bien été violée ». Dans un entretien publié ce jeudi dans le journal français Le Parisien, l’avocat déclare : « Je peux vous dire qu’on a bien retrouvé des traces ADN sur la victime. Ces traces prouvent qu’il ne peut en aucun cas s’agir d’un rapport consenti comme je l’entends dire ». Kenneth Thompson ajoute que « lorsque la victime a été transportée en ambulance à l’hôpital Saint Luke’s Roosevelt après l’agression, elle a subi des examens (conduits) par des médecins. Et leur rapport corrobore en tout point ce qu’elle a dit aux enquêteurs. Je rappelle que le procureur a reconnu ces faits et, d’ailleurs, les charges pesant contre l’auteur présumé, que je sache, ne sont pas abandonnées ». Le parquet de Manhattan a annoncé mercredi ne pas abandonner les charges contre Dominique Strauss-Kahn.

Un témoignage corrobore la thèse du viol

Le témoignage de Susan Xenarios, qui a la première examiné Nafissatou Diallo et recueilli ses propos, accrédite la thèse du viol. La directrice du Crime victims treatment center (Centre de traitement des victimes de crime, CTVC) à l’hôpital Saint Luke’s Roosevelt à Harlem, a déclaré durant un entretien accordé au journal Le Monde que la femme de chambre est arrivée dans son service « en état de choc». «Elle ne savait manifestement pas qui l’avait agressé lorsqu’elle est arrivée aux urgences. Elle était capable de parler et se montrait coopérative », ajoute-t-elle. « Je n’ai pas mis en doute son témoignage. Et notre équipe est constituée de personnes formées et très expérimentées pour écouter les personnes ayant été violentées. Le verdict des procès correspond généralement à nos diagnostics », a dit la responsable qui a elle-même été victime d’un viol à l’âge de 28 ans alors qu’elle était travailleuse sociale à Harlem.

« Cette affaire me rend folle », confie Susan Xenarios. Elle reconnaît que ce procès risque d’avoir des conséquences négatives sur les victimes de viols qui ont déjà du mal à en parler. « L’image surmédiatisée d’une femme violée qui aurait menti et serait en fait une prostituée est extrêmement dommageable », a-t-elle affirmé.

Kenneth Thompson réclame la démission de Cyrus Vance Jr.

Les enquêteurs du parquet de Justice de Manhattan doutent pourtant sérieusement du récit de Nafissatou Diallo. A tel point que le procureur Cyrus Vance Jr. a accepté vendredi dernier la libération sur parole et sans caution de Dominique Strauss-Khan, jusque-là assigné à résidence dans un hôtel de la ville. La Guinéenne de 32 ans aurait menti pour obtenir l’asile politique et serait peut-être mêlée à un trafic de drogue et au blanchiment d’argent. Après le viol présumé à l’hôtel Sofitel, Nafissatou Diallo aurait appelé un trafiquant de drogue incarcéré en prison et aurait affirmé pour le rassurer: « Ne t’inquiète pas, ce mec a beaucoup d’argent. Je sais ce que je fais ».

« Toutes ces affirmations périphériques n’ont rien à voir avec l’agression elle-même, qui est avérée », rétorque Kenneth Thompson. «Ne mélangeons pas les faits. Ma cliente n’a jamais caché sa situation sur son entrée aux États-Unis. Elle s’en est expliquée. À ce jour, je n’ai pas connaissance de l’enregistrement de cette conversation avec un homme emprisonné » affirme t-il.

L’avocat de Nafissatou Diallo a écrit un courrier au procureur chargé du dossier pour lui demander de se dessaisir de l’affaire, apprend-on ce jeudi. « Je vous écris pour le compte de la victime afin de demander le retrait immédiat de votre bureau » de l’affaire DSK, écrit le défenseur dans sa missive. Kenneth Thompson exige un procureur spécial pour reprendre l’affaire. Il estime que le bureau de Cyrus Vance Jr. est responsable « des fuites répétées et préjudiciables dans les médias la semaine dernière, qui visaient à discréditer la réputation de la victime, voire, et c’est peut-être le plus grave, à ébranler les charges qui pèsent contre Dominique Strauss-Kahn ». Le procureur Vance a immédiatement rejeté sa requête en affirmant être en « désaccord profond » avec le contenu de la lettre. Nafissatou Diallo a porté plainte mardi pour diffamation contre le tabloïd américain New York Post qui l’a présenté dans certains de ces articles de ce mois de juillet comme une « prostituée ». C’est le même journal qui avait traité Dominique Strauss-Kahn de «pervers ».