Affaire DSK : BFMTV diffuse les images du Sofitel

La vidéo tant attendue après les déclarations dans le New York Review of Books d’Edward Jay Epstein qui avait relancé la théorie du complot, est désormais accessible à tous. La chaîne d’information continue BFMTV diffuse ce jeudi les premières images de l’affaire DSK, datant du 14 mai, issues de la caméra de surveillance de l’hôtel Sofitel et montrant une scène de joie entre deux de ses employés.

La vidéo de l’affaire DSK issue de la caméra de surveillance de l’hôtel Sofitel, le 14 mai dernier, est disponible sur BFMTV depuis 14h. On peut voir sur ces images « la sortie de l’hôtel de DSK, les images des explications de Nafissatou Diallo aux agents du service technique, et la fameuse séance de cris de joie entre deux des agents puis l’arrivée de la police ».

La scène où l’on voit les deux employés de l’hôtel, dont Brian Yearwood, l’ingénieur en chef du Sofitel, qui dansent de joie quelques minutes après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn a suscité beaucoup d’interrogations ces dernières semaines. Des interrogations qui ont fait l’objet d’un article signé par Edward Jay Epstein, journaliste d’investigation américain, qui soupçonne le Sofitel d’avoir participé au piège tendu à l’ex-directeur du Fonds monétaire international (FMI) pour mettre un terme à sa carrière politique. Le journaliste avait dans un premier temps menacé de rendre publique la vidéo avant d’avouer finalement qu’il n’en avait pas de copie. Le groupe hôtelier français Accor, propriétaire du Sofitel, a minimisé les révélations du journaliste, indiquant que la vidéo ne durait que 8 secondes et « qu’aucune extraordinaire danse de fête n’avait pu être constatée ».

« Les enquêteurs du procureur ont vu la vidéo »

La scène dure en réalité une quinzaine de seconde, alors qu’Edward Jay Epstein avait indiqué qu’elle durait au moins 3 minutes. « J’ai commis une bévue en écrivant que la « danse » durait trois minutes reconnait-il. « Reste que la séquence est très énigmatique. Qu’est-ce qui rend ces deux hommes aussi enivrés de bonheur lorsqu’ils apprennent que la police va enquêter sur DSK ?», s’interroge-t-il rapporte Le Monde. Le Sofitel a rétorqué que la joie des deux employés serait due à l’annonce d’un « résultat sportif ». « Lequel ? » s’interroge Edward Jay Epstein. « Aucune compétition sportive américaine d’envergure ne s’est terminée à ce moment ».

« Les enquêteurs du procureur Cyrus Vance l’ont vue (la vidéo) et j’ai toutes les raisons de penser qu’elle a influencé leur décision de ne pas poursuivre Strauss-Kahn », a affirmé le journaliste à Paris Match. Selon lui, « la version finale du rapport motivant l’abandon des charges faisait 25 pages. Dans sa mouture initiale, que je n’ai malheureusement pas pu consulter, il faisait 74 pages. Ce qui signifie que dans les 49 pages passées à la trappe, il y a de nombreux éléments -dont cette scène- que le procureur a choisi de ne pas rendre publics. Il est capital que cette vidéo soit diffusée pour que chacun puisse se faire un avis », a-t-il indiqué.

Enfin, un point crucial reste en suspens, plus important surement que cette danse. C’est la disparition du Blackberry professionnel de DSK, celui du FMI, qui toujours selon Edward Jay Epstein aurait été piraté. La seule chose qui semble certaine, c’est que ce téléphone a été déconnecté définitivement quelques minutes après le départ de Strauss-Kahn du Sofitel. Depuis, nul n’en a plus trace.