Affaire des migrants de Melilla : le Maroc continue d’accuser l’Algérie

Migrants à Mellila
Des migrants à Mellila

Le drame de Melilla, qui a coûté la vie à plusieurs dizaines de migrants, n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Alors qu’une enquêté a été demandé de par L’ONU, l’UA et des organisations de défense des droits humains, le Maroc maintient ses accusations contre l’Algérie que le royaume chérifien désigne comme principal responsable.

Le Maroc continue de creuser pour trouver des informations à partager avec la communauté internationale qui n’a pas caché sa colère suite au drame de Melilla. Après cette tentative de traversée tragique du vendredi 24 juin dernier, qui a coûté la vie à au moins 37 migrants, selon des ONG, plusieurs individus ont été interpellés, dont beaucoup de ressortissants soudanais. Ces derniers ayant fui la répression dans leur pays, étaient en grand nombre dans le lot d’environ 2 000 migrants qui ont lancé l’assaut contre Melilla.

Ce dimanche, les médias marocains, citant des sources espagnoles, persistent que ces migrants, organisés en réseaux mafieux, ont bénéficié de leurs canaux du côté des autorités des pays de transit, citant nommément l’Algérie voisine. Les journaux ont fait état d’un passage de ces migrants par les camps de Tindouf, par l’axe Soudan-Tchad-Niger. D’autres flux, toujours selon la presse marocaine, proviendraient de la Libye pays à partir duquel ces migrants auraient regagné l’Algérie.

Lire : Migrants morts à Melilla : l’Algérie accuse le Maroc et évoque des exécutions sommaires

Au royaume, l’on dénonce «le laxisme coupable d’Alger qui a pratiquement laissé passer ces migrants ; la préparation de l’opération avec des armes par destination, des crochets, sans parler de la violence des affrontements avec les forces de l’ordre marocaines. Qu’il y ait eu, rappelons-le, 140 blessés parmi celle-ci témoigne bien qu’elles ont dû faire face à une situation exceptionnelle. Quant aux migrants blessés, une partie d’entre eux a été victime des barbelés qui entourent le poste-frontière», relève Le360.

«Alger fait un bien mauvais procès, irrecevable et même indigne, au Royaume»

Le journal poursuit et va plus loin, dénonçant que «c’est la première fois que la migration dans le continent et même ailleurs atteint ce niveau de violence et de militarisation. Ce pays se veut le défenseur de ces migrants à l’international en proclamant à l’envie que c’est le Maroc qui doit être dénoncé et voir sa responsabilité reconnue». Pour le média, il ne fait aucun doute «qu’Alger fait un bien mauvais procès, irrecevable et même indigne, au Royaume».

A noter que la justice marocaine a lancé des poursuites contre 65 migrants parmi lesquelles 37 pour «entrée illégale sur le sol marocain», «violence contre agents de la force publique», «attroupement armé» et «refus d’obtempérer». Les 28 autres migrants sont jugés pour «participation à une bande criminelle en vue d’organiser et de faciliter l’immigration clandestine à l’étranger». Aussitôt après le drame, l’Espagne a accusé les réseaux de mafia d’être derrière ce drame.

Lire : Drame de Melilla : l’Algérie et le Maroc se renvoient la responsabilité