Achoura au Maroc : du rire aux larmes

Les musulmans fêtent aujourd’hui Achoura. Cet événement intervient au dixième jour du premier mois de l’Hégire, le dix de Mouharram. L’Achoura a pris un sens tout autre dans certains pays comme au Maroc où les gens jeûnent pendant deux jours et offrent des cadeaux aux plus petits… Et se balancent des œufs, de l’eau mélangée à l’eau de javel et du colorant, des pétards, etc.

(De notre envoyé spécial au Maroc)

Aujourd’hui, c’est Achoura dans le monde musulman. Une période de jeûne de deux jours observée le dix de Mouharram et la veille. Elle a été calquée sur le jeûne juif de Yom Kippour. Le prophète Mohammed, voyant les juifs s’adonner à un jour de jeûne, leur en a demandé la signification. Ils répondirent qu’ils commémoraient la sortie d’Egypte du peuple d’Israël conduite par le prophète Moïse. Mohammed a alors déclaré être plus en droit de jeûner ce jour-là, étant lui même prophète. Afin d’éviter toute confusion entre les fêtes musulmane et juive, l’année de son décès, le prophète Mohammed a conseillé à ses fidèles d’étendre le jeûne sur deux jours.

Fête de l’enfant, de la famille et du partage, la célébration de Achoura regroupe un large éventail de rituels et de traditions variant selon les régions et les habitudes au Maroc. Mais c’est aussi une journée où les jeunes s’adonnent à des pratiques dangereuses. Ils s’aspergent d’eau javellisée mélangée à du colorant, se balancent des œufs sur la tête ou se lancent des pétards. Un humour pas toujours bien pris par certains Marocains. Beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école ce jour-là pour éviter d’être aspergés. Pour les autres, ils devront courir très vite pour éviter les jets.

La vente de pétards devrait être interdite au Maroc

Nous rencontrons une jeune étudiante en troisième année de licence gestion et économie à l’Université Hassan II de Casablanca. Fatim-Zahra, 20 ans, nous raconte comment se passe la journée. « C’est un jour de rassemblement, on se retrouve en famille, les parents achètent des jouets aux enfants », explique-t-elle. « Mais la chose désagréable à cette période de l’année c’est le « Zem-Zem » (nom donné à l’eau sacrée de la Mecque, ndlr). Les jeunes balancent de l’eau mélangée à du colorant, des pétards en plein visage et les plus fous vont même jusqu’à s’arroser d’acide. Nombreuses sont les personnes qui se blessent », assure-t-elle. « A mon avis, la vente de pétards, par exemple, devrait être interdite au Maroc. Du primaire au lycée, tous pratiquent ces activités le jour de Achoura. Un jour, j’ai dû être violente à l’égard d’un jeune qui a voulu s’en prendre à moi de cette manière. Je lui ai plongé la tête dans la boue. J’espère qu’il aura retenu la leçon pour les prochaines fois », dit-elle avec le sourire.

A Casablanca, les pétards se font entendre depuis lundi soir. Des feux de camp sont allumés à chaque coin de rue des quartiers populaires de la ville. Il va falloir être vigilant en cette journée pour éviter d’être une victime du « Zem-Zem marocain ». Achoura est aussi l’occasion de se déguiser et d’organiser un carnaval dans certaines villes du Royaume.

Lire aussi : Achoura une fête judéo-musulmane