Accords avec le Maroc sur le Sahara : Pedro Sanchez à l’étroit en Espagne


Lecture 2 min.
Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez

Les groupes parlementaires espagnols estiment que la nouvelle position de Pedro Sanchez vis-à-vis du Maroc n’engage que le gouvernement et non l’Espagne. Le président du gouvernement a décidé de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara Occidental.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, est plus que jamais à l’étroit dans son pays. Tous les groupes parlementaires, sans exception aucune, ont condamné sa décision jugée unilatérale de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara Occidental. Et les partis politiques, de la coalition gouvernementale comme ceux de l’opposition, estiment que cette décision n’engage que le gouvernement et non le royaume ibérique.

Le gouvernement espagnol a en effet accepté de reconnaître la marocanité du Sahara Occidental en contrepartie de l’engagement du Maroc à respecter l’intégrité territorial de l’Espagne ; ce qui laisse supposer que le royaume chérifien mettra fin à toute tentative de conquête des villes espagnoles de Ceuta et Melilla que Rabat a toujours gardé en repérage.

Face au Congrès espagnol, hier mercredi 30 mars, Pedro Sanchez a tenté de vanter les nouveaux liens fermes entre les royaumes ibérique et chérifien. Il n’a toutefois pas réussi à convaincre les parlementaires qui tenaient à être édifiés sur les retombées pour l’Espagne de la décision de rejoindre la position du Maroc sur le Sahara Occidental. Deux jours avant la visite attendue, ce vendredi, du ministre espagnol des Affaires étrangères, au Maroc, le Congrès se désolidarise donc du gouvernement.

Si la décision de Pedro Sanchez a mis fin à la crise entre l’Espagne et le Maroc, elle ouvre un autre front, notamment avec l’Algérie, qui a d’ailleurs rappelé, pour consultations, son ambassadeur accrédité à Madrid, après ce changement de position de l’Espagne. Après cette première visite officielle à Rabat du ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, visant à normaliser les relations entre les deux pays, Pedro Sanchez est attendu au Maroc, au mois de mai.

A lire : Accords sur le Sahara : l’Espagne flouée par le Maroc ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter