Aboubacar Toungara : « Je n’ai jamais été victime de racisme au Maroc »


Lecture 4 min.
Aboubacar Toungara
Aboubacar Toungara

Plusieurs joueurs accusent très souvent, à tort ou à raison, les Marocains de racistes, mais le milieu offensif international malien Aboubacar Ibrahim Toungara alias « Toung Toung », 26 ans, qui évolue dans le Botola pro, depuis 4 ans, estime qu’il n’a jamais été victime de racisme dans ce pays d’Afrique du Nord. Toutefois, dans cet entretien accordé à AFRIK.COM, le joueur du FAR Rabat condamne le racisme sous toutes ses formes et insiste qu’il n’a pas sa place dans le monde, au 21ème siècle.

Entretien

Comment s’est passée la première partie de la saison, vue que le Maroc est l’un des pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19 ?

Avec cette forte croissance de la pandémie de Covid-19, ce n’est pas facile, mais rien n’est encore perdu. Nous n’en sommes qu’à cinq journées et nous avons encore beaucoup de rencontres devant nous. Le club a même changé d’entraîneur, parce qu’on était mal parti, au début de la saison.

Le FAR Rabat est l’un des plus grands clubs au Maroc, mais n’arrive pas, depuis un certain temps, à faire à se hisser à un certain niveau lui permettant de faire face à des équipes comme Wydad ou au Raja, et espérer disputer la Ligue de champion. Qu’est-ce qui ne marche pas ?

Il faut reconnaître que durant ces dernières années, le FAR Rabat a souffert par cette absence sur le podium à l’échelle nationale, pour pouvoir sortir en Ligue des champions africains. Même notre public réclame cette qualification dans la compétition la plus prestigieuse des clubs africains. Ils veulent que cette équipe arrive à concurrencer les autres grands clubs marocains, comme le Wydad, le Raja… Nous sommes conscients et nous allons tout faire pour redorer le blason du club Inch’Allah. Le projet est en cours et ça va bientôt porter ses fruits.

Vous n’êtes plus convoqué en équipe nationale, est-ce lié au fait que vous évoluez toujours en Afrique ?

Comme vous venez de le dire, depuis un certain temps je n’ai pas été appelé en sélection. J’ai eu la chance d’être sélectionné deux fois et après plus rien ; aucun sélectionneur ne m’a contacté. C’est peut-être aussi que notre championnat n’est pas aussi médiatisé que chez les Européens. Nos dirigeants auront tout le temps les yeux rivés vers l’Europe, alors que nous on évolue ici tout près.

Comment trouvez-vous cette équipe nationale du Mali, avec un effectif constitué de jeunes évoluant presque tous en Europe ? Pensez-vous pouvoir vous faire une place au sein de cette équipe ?

Le Mali a un effectif extraordinaire, avec tous ces jeunes talentueux qui évoluent dans de grands clubs, c’est super. Ils sont encore jeunes et ils n’ont pas tous l’expérience qu’il faut. Donc pour moi, il leur faut du temps pour s’adapter. On ne peut pas faire une équipe dynamique et compétitive du jour au lendemain. Il leur faut du temps et ça viendra. Pour avoir ma place au sein de cette équipe, cela ne dépendra que de la chance d’être sélectionné. Je sais de quoi je suis capable.

Quels sont les objectifs qu’Aboubacar Toungara se fixe pour sa carrière footballistique ?

L’objectif que je me fixe c’est de gagner beaucoup de trophées avec la sélection nationale du Mali, hisser haut le drapeau malien sur les différents podiums à l’échelle internationale. Ensuite, pouvoir aller jouer dans de grands championnats européens.

Le Maroc est souvent accusé d’être un pays raciste. Avez-vous une fois été victime de racisme ?

Une question très importante. Personnellement, je n’ai jamais été victime de racisme au Maroc, ni sur le terrain, ni en dehors des stades. J’ai passé 4 ans avec le FAR Rabat et même quand j’étais à Chabab, je n’ai jamais été victime de racisme, même pas par un supporteur ou un adversaire. Mais, je profite de l’occasion pour lancer un appel : il faut que ça cesse… J’ai vu pas mal de joueurs se plaindre, mais vraiment, il faut que le monde évolue. Le racisme est un acte inhumain, nous sommes tous semblables.

Aboubacar Toungara

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter