Abou Bacry Ly, accélérateur de développement

L’économie et l’entreprise, il connaît. Sitôt son diplôme de l’EHESS en poche, muni d’un DEA en sciences de l’information et d’un doctorat en anthropologie, Abou Bacry Ly a créé des entreprises. Avec une vision et une prescience qui lui ont permis d’anticiper en termes de services et de technologies, pour répondre plus précisément aux besoins de ses clients. Aujourd’hui, il conseille efficacement plusieurs chefs d’Etat africains.

Quand on observe le parcours d’Abou Bacry Ly, on est d’abord dérouté par la profusion des expériences : membre du Comité directeur du CIAN (Conseil français des Investisseurs en Afrique, ndlr https://www.cian-afrique.org/), il a été avant tout un créateur et un développeur d’entreprises, comme la société META CONCEPT SA, société d’ingénierie et d’édition de logiciels basée à Paris, qui mutualisait la gestion des Droits d’auteurs et voisins pour les plus grands éditeurs français.

Mais c’est aussi un chercheur, un homme qui tente de donner sens à ce qu’il fait et d’inscrire son action dans une certaine compréhension du contexte économique et social mondial. Cette dimension de sa personnalité s’exprime d’abord et avant tout au sein de l’Université Paris 7, dont il a longtemps dirigé le laboratoire d’anthropologie et de développement pour l’Afrique. Ne fut-il pas longtemps un des piliers et même actionnaires de la revue Futurible ?

Au croisement de l’action et de la réflexion

Au croisement de l’action et de la réflexion, Abou Bacry Ly s’est forgé quelques outils intellectuels redoutables : non seulement l’habitude de l’anticipation, mais aussi l’aptitude à placer sa logique impeccable à un niveau plus large, globalisant les phénomènes observés et concevant naturellement des solutions mutualisées à des problèmes trop souvent traités sur un plan national, voire local.

L’une de ces premières actions, qui remonte aux années 1984-1986, fut de constituer pour le Burkina Faso, aux côtés du Président Thomas Sankara, un tableau de bord pour la gestion des ressources agricoles et de l’eau, qui l’amena naturellement à mettre sur pied un centre météorologique régional regroupant les observations et les ressources de télédétection par satellite de tous les pays sahéliens. Installé à Niamey au Niger, AGRYMETH permit de mettre en commun les données pertinentes pour une gestion prévisionnelle des ressources et des productions. Conduire le Burkina vers l’autosuffisance alimentaire, c’était un slogan et une volonté de la part de Sankara. Il fallait mettre à son service des moyens efficaces : ce fut l’apport d’Abou Bacry Ly. Grâce à une méthode mêlant la mutualisation des moyens et l’ingénierie informatique et logicielle.

Aujourd’hui, en plus de ses investissements dans l’agriculture en Mauritanie (la Compagnie Fruitière) et au Sénégal (AGRICONCEPT SA), qui reposent sur l’exploitation de brevets originaux permettant la conservation et la commercialisation des productions concernées (« Nouveau Frais »), Abou Bacry Ly observe les évolutions du continent africain avec la même volonté d’engagement et d’efficacité au service du développement. C’est par exemple au défi majeur de l’enseignement supérieur en Afrique qu’il souhaite contribuer en apportant sa pierre.

Anticiper et mutualiser pour accélérer le développement

Avec les mêmes méthodes, différemment appliquées, il est possible d’obtenir une accélération brutale du développement. Si l’on observe les besoins en termes d’enseignement supérieur, notamment universitaire, en Afrique, on ne peut qu’être frappé par le gouffre qui sépare le nombre d’étudiants potentiels du nombre de places disponibles. Et chaque pays est individuellement confronté au même défi colossal : comment financer, après la généralisation de l’enseignement primaire et secondaire, la massification de l’enseignement supérieur ? La seule réponse économiquement viable passe par la mutualisation de certains outils a minima à un niveau régional. C’est tout le sens du développement de plate-formes d’e-learning/ MOOC pour la formation professionnelle et l’enseignement technique, qu’Abou Bacry Ly soutient vigoureusement par ses missions auprès de l’UEMOA, de la CEDEAO, et du CAMES (Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur).

Il faut aujourd’hui sortir l’enseignement supérieur du marché de l’aide ponctuelle au développement, pour en faire un chantier régional, ne plus saupoudrer des subventions mais organiser des investissements cohérents à l’échelle de plusieurs pays. Le projet PADTICE, par exemple, doit permettre une interconnexion dynamique entre les infrastructures et les initiatives pédagogiques de 28 universités d’Afrique de l’Ouest, regroupant ainsi plus de 500 000 étudiants dans un espace d’enseignement virtuel dans lequel chaque pays et chaque université pourront intégrer ce qu’ils ont de meilleur – et en permettre l’économie aux autres.

La méthode du Professeur Ly

PADTICE, dont l’orchestration finale a été confiée à l’UNESCO, a pour objectif la construction d’une bibliothèque universitaire numérique régionale regroupant les ressources des huit pays de l’UEMOA, pour commencer, mais aussi des plates-formes numériques mutualisées offrant des services de production, de publication, d’accès au savoir, de e-learning direct et de ressources pédagogiques en ligne. Aujourd’hui, ce programme mériterait de connaître une accélération afin d’être parfaitement opérationnel, au bénéfice des huit pays concernés, dans les prochains mois. Financés à huit, ces services d’enseignement supérieur peuvent être huit fois plus ambitieux, et toucher huit fois plus d’étudiants. Le génie logiciel et informatique au service d’une mutualisation des ressources permettant une accélération du développement. « Ce n’est pas en faisant du « copier-coller » que l’ont peut résoudre les problèmes de l’Afrique… C’est en adaptant les outils modernes aux besoins réels de la jeunesse africaine ! Il faut penser en termes de besoins et pas en termes de moyens…». C’est la méthode et la pratique du Professeur Ly !

Comment ne pas s’en inspirer et lui confier la bonne fin de projets collectifs ? C’est ce que pensent plusieurs chefs d’Etat africains, confrontés à des besoins populaires qui n’avaient pas été toujours anticipés, dans des secteurs tels que l’énergie, par exemple, ou la gestion des espaces naturels. Là aussi, les ressources sont souvent partagées et les besoins s’additionnent. Et c’est ainsi que l’homme d’action et l’universitaire se retrouvent dans un nouveau costume, celui de conseiller des princes. On souhaite qu’il soit souvent suivi !