A Yaoundé l’émergence se fait résurrection

« L’immeuble de la mort », c’était le surnom de cet immeuble de Yaoundé dont les travaux spectaculairement inachevés, attendaient depuis des années une reprise en main souhaitée par tous… La résurrection a eu lieu ! Et c’est désormais sous le nom de « complexe immobilier de l’Emergence » qu’il sera désormais connu… Tout un symbole!

Le vendredi 22 aout 2014 a eu lieu l’inauguration du « Complexe immobilier de l’émergence » à Yaoundé, ou encore de l’immeuble ministériel n°1 (jusque là communément appelé « immeuble de la mort », pour être resté trop longtemps inanimé…) sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, Philémon YANG.

La réhabilitation a été faite par la caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) qui a investi la coquette somme de 14,7 milliards de FCFA dans ces travaux, effectués par la société chinoise Shanxi Construction Engineering Corporation, déjà responsable de la construction du Palais polyvalent des Sports de Yaoundé.

En s’engageant dans la réhabilitation de cet édifice dont les travaux avaient été arrêtés, la CNPS prévoyait une gestion complète de l’immeuble pendant une période de 40ans renouvelables, jusqu’à sa rentabilisation totale. Mais elle a été contrainte à l’issue de cette période de le restituer à l’Etat. A ce sujet le Directeur General de la CNPS a souligné que c’est «dans un esprit de responsabilité, (que) nous avons engagé et achevé ces travaux presque titanesques… Nous avons un immeuble fonctionnel pour le plus grand bien de tous».

Le Gouvernement a indiqué, par la bouche du Ministre des Domaines, l’usage qui sera réservé à ce bâtiment. Désormais, l’immeuble de l’Emergence est appelé à abriter plusieurs administrations, qui y disposeront de… 353 bureaux. Ce qui va diminuer considérablement le déficit en bureaux de plusieurs ministères!

La présentation du nouveau visage de ce joyau avait été faite le 31 juillet dernier lors d’une cérémonie organisée par M. Noel Alain Olivier Mekulu Mvodo Akame, DG de la CNPS.

Sa résurrection se fait ressentir dès l’extérieur où on remarque à l’entrée, de larges terrasses, des jets d’eau et une jolie architecture affichant sur son mur une mosaïque présentant diverses scènes du quotidien, ainsi qu’un parking sécurisé pouvant contenir près de 400 voitures.

A l’intérieur, on tombe sous le charme d’un cadre agréable et très confortable renforcé par la climatisation, le marbre, les lumières, des baies vitrées.

« L’immeuble de la mort », naguère abandonné, constitue désormais une fleur épanouie et en pleine vigueur en plein cœur de Yaoundé, et se veut le symbole d’une nouvelle ère pour la capitale du Cameroun.