A la rencontre des golfeurs des tropiques

La deuxième édition du Trophée des golfeurs des tropiques se déroulera le 29 octobre prochain en région parisienne. Ce rendez-vous convivial à pour but de réunir des passionnés de golf, essentiellement d’origine africaine et antillaise. La manifestation a notamment pour but d’élever le niveau des sportifs des tropiques. Explications de Karl Gaba l’un des pères de l’initiative.

« Golfer dans la joie ». C’est le mot d’ordre de la deuxième édition du Trophée des golfeurs des tropiques. Cette manifestation, qui se déroulera le 29 octobre prochain en région parisienne, est notamment organisée par l’ancien champion de karaté guadeloupéen Emmanuel Pinda et Karl Gaba, un Togolais qui manie le club depuis plus de 20 ans. Les quelque soixante-dix inscrits, majoritairement africains et caribéens, pourront s’essayer au Scramble à quatre, formule de jeu où quatre golfeurs de niveaux différents forment une équipe. L’occasion d’améliorer leurs performances tout en passant un moment agréable. Karl Gaba revient sur la naissance du projet et ses objectifs.

Afrik.com : Comment est née l’idée du Trophée des golfeurs des tropiques ?

Karl Gaba :
Tout est parti du constat qu’il y a quelques années, il y avait peu de golfeurs des tropiques. Alors, il y a un an, j’ai voulu créer un événement pour que les sportifs de ces régions du monde se connaissent mieux et partagent ensemble leur passion.

Afrik.com : Vous ne communiquez pas vraiment sur cette rencontre. Comment les golfeurs sont-ils au courant de l’existence de la compétition ?

Karl Gaba :
Tout est resté très confidentiel. Nous ne voulions pas faire de publicité. Nous nous sommes plutôt appuyés sur le bouche à oreille et la cooptation d’amis pour avoir une base solide. Lors de la première édition, en octobre 2003, nous avions une quarantaine de participants. Cette année, nous en avons environ soixante-dix.

Afrik.com : Quel est l’objectif de votre initiative ?

Karl Gaba :
Nous voulons prouver à notre communauté que ce sport est accessible à tous et fédérer un maximum de golfeurs. Et aussi offrir à nos frères d’Afrique, de la Caraïbe et des Amériques des partenaires de jeu et donc développer le golf dans ces communautés. Par le biais du Scramble à quatre, nous voulons donner la possibilité aux golfeurs amateurs de jouer avec des sportifs confirmés et professionnels pour qu’ils augmentent leurs performances en toute convivialité. A plus long terme, nous n’excluons pas de monter un championnat et des événements. Nous cherchons à sensibiliser également les golfeurs pour qu’ils s’investissent dans des actions humanitaires (comme la scolarisation des filles, le sponsoring d’un orphelinat, …) et nous prévoyons de soutenir financièrement des projets de développement lorsque nous en aurons les moyens.

Afrik.com : Vous semblez disposer de peu de moyens financiers. Comment financez-vous cette rencontre ?

Karl Gaba :
Nous fonctionnons sur la base du bénévolat et bénéficions de l’entraide de certains de nos membres et chefs d’entreprise pour financer les frais d’organisation. Nous sommes actuellement à la recherche de sponsors.

Afrik.com : La majorité des participants sont africains ou antillais. N’avez-vous pas peur qu’on vous taxe de créer un ghetto sportif ?

Karl Gaba :
Non. Quand une association d’Auvergnats ou de golfeurs de France se monte, on ne dit pas que c’est un ghetto. Il n’y a pas de raison que ce soit le cas pour ce trophée. La mixité raciale et sociale est multiforme et variée. Nous avons des golfeurs originaires des Philippines, des Indes, … Nous sommes universels, alors on ne peut pas dire que cela favorise un ghetto. Tous les golfeurs sont les bienvenus. Le principal pour nous est « l’esprit golf ». Nous sommes ouverts à tous les golfeurs du moment qu’ils ont du soleil dans leur coeur.

Afrik.com : Avez-vous noués des partenariats à l’étranger ?

Karl Gaba :
Nous travaillons avec le golf de Côte d’Ivoire, d’Afrique du Sud, du Ghana, de la Martinique et aussi avec quelques pays d’Asie.

Afrik.com : Le golf semble en général réservé à une élite aisée. Quel est le profil social des participants au Trophée ?

Karl Gaba :
En France, on a effectivement l’impression que ce sport est réservé à une élite. Mais aux Etats-Unis et en Angleterre, ce n’est pas du tout le cas. Tout le monde peut y jouer. Au final, il faut bien avoir à l’esprit que, contrairement aux clichés, faire du golf ne coûte pas plus cher que de s’abonner dans une salle de gym. Parmi nos participants, nous avons des médecins, des ouvriers, des chefs d’entreprise, mais aussi des sportifs de haut niveau, comme Jack Agostino, qui est le troisième golfeur européen handicapé, et Guillaume Manga, l’un des meilleurs entraîneurs de golf du moment dans la région parisienne. Parmi nous, il y a aussi des sportifs connus qui ne sont pas golfeurs professionels, comme Emmanuel Pinda, Richard Dakoury (ancien basketteur professionnel, ndlr) ou encore Jean-Charles Trouabal (ancien athlète, ndl).

 Deuxième édition du Trophée des golfeurs des tropiques :

Adresse : Golf des Yvelines Château de la Couharde Route de Grosrouvre

78940 La Queue les Yvelines

Tél. : 01 34 86 48 89.

 Participation :

50 euros pour le green fee, le déjeuner et le cocktail de remise des prix

 Contact :

Karl Gaba au 06 13 61 28 73 karlgaba@voila.fr

Emmanuel Pinda au 06 73 84 41 98 emmanuel.pinda@worldonline.fr

Jack Agostino au 06 18 48 09 99