A la découverte de la littérature sud-africaine

219 écrivains sud-africains sont répertoriés sur le site de la Librairie Compagnie (Paris) qui propose un dossier bio et bibliographique complet sur la littérature du pays.

Pour découvrir la littérature sud-africaine contemporaine une librairie parisienne, La Librairie Compagnie, a mis sur son site Internet un dossier très complet et éclairant. Plus qu’une histoire de la littérature sud-africaine ou un bilan critique, c’est un inventaire (non exhaustif) que propose la librairie. Un dictionnaire biographique et bibliographique des écrivains d’Afrique du Sud dont au moins une oeuvre a été traduite en français.

Au menu : une recherche par ordre alphabétique qui donne accès aux fiches de 219 auteurs, une liste bibliographique des anthologies parues et une partie dans laquelle sont rassemblés quelques écrits critiques. En accroche, on trouve John Maxwell Coetzee, l’un des écrivains sud-africains contemporains les plus connus, qui vient de sortir son dernier livre, Disgrâce . Ses romans ont été traduits dans vingt-cinq langues et ont reçu de nombreux prix. J.M. Coetzee est notamment le seul écrivain à avoir été deux fois lauréat du prestigieux Booker Prize.

Littérature en noir et blanc

Mais on peut aussi apprendre que Peter Abrahams, l’une des grandes figures de la littérature sud-africaine, est né en 1919 dans un township et qu’il s’exile à Londres à 20 ans pour échapper  » à cette destruction qui est le produit de la rancoeur et de la frustration « . Ses livres sont pour la plupart consacrés aux rapports conflictuels qui opposent les différentes communautés raciales de son pays natal, comme Rouge est le sang des Noirs, Le Sentier du tonnerre ou Une Couronne pour Udomo.

On navigue entre Richard Rive (1931-1989), métis du Cap,  » écrivain typique de la génération des années soixante « , Wally Mongane Serote (né en 1944), actuel député, chef du service des arts et de la culture de l’ANC et dont la poésie a joué un rôle primordial dans la renaissance de l’écriture noire des années soixante-dix, Bessie Head (1937-1986), née de l’union  » illicite  » d’une jeune blanche avec son garçon d’écurie noir, qui laisse des récits en grande partie autobiographiques, nourris d’exclusion et d’exil.

 » La littérature sud-africaine forme un tout « , disait Nadine Gordimer (née en 1923), Prix Nobel de littérature en 1991. Noire et blanche à la fois. Pour vous en rendre compte, ce dossier est précieux. Les livres peuvent être commandés en ligne sur le même site.

La Librairie Compagnie

58, rue des Ecoles, 75005 Paris