À l’origine des dysfonctionnements du secteur bancaire algérien

Depuis longtemps l’Algérie est pénalisée par son système bancaire qui, en dépit de sa sur-liquidité, est incapable de répondre aux besoins de financement du développement du pays. Cette lacune de l’économie algérienne résulte essentiellement du manque d’ouverture du secteur bancaire. Celui-ci reste sous l’emprise de l’Etat puisque les banques publiques détiennent près de 90 % du marché, tant en termes d’actifs que de crédits à l’économie…

Par Hicham El Moussaoui, avec la collaboration d’Un Monde Libre

Le problème [du système bancaire algérien] n’est pas tant la domination des banques publiques, mais plutôt le fait que l’activité bancaire est détournée vers le financement public. Outre les subventions destinées à renflouer des entreprises publiques défaillantes, les ressources collectées par les banques sont soit absorbées par les titres d’Etat à court terme, soit allouées sous forme de crédits à des entreprises publiques réputées mauvaises payeuses. Par conséquent, le secteur privé se trouve évincé puisque l’essentiel des fonds est alloué au secteur public. A ce titre, notons que le secteur public absorbe 87,5% des crédits bancaires contre 32% au Maroc par exemple. Cet effet d’éviction se trouve à l’origine de la faiblesse de l’investissement privé. En témoigne le rapport des crédits bancaires domestiques (ceux alloués au privé) au PIB qui est seulement de 26%, alors que ce même rapport atteint 76% pour le Maroc et 78% pour la Tunisie.

Au fond, le problème du secteur bancaire algérien est un problème de liberté économique lié, d’une part, à un cadre juridique inadapté au développement de l’activité bancaire, et d’autre part, au manque d’ouverture et de concurrence. En effet, le poids des impayés et des défaillances, conjugué aux difficultés à traiter les contentieux, pousse les banques à être plus exigeantes sur les conditions d’octroi de crédit. Une telle exigence fait augmenter les coûts de transactions pour les clients, d’où le rationnement du crédit. Ces difficultés sont liées à l’absence d’un système judiciaire indépendant et efficace dans la protection des droits de créanciers, l’exécution des contrats et le règlement des conflits en temps réel. Un cadre juridique adéquat est incontournable pour le développement de tout système de financement car la transformation d’actifs fonciers et immobiliers en capital financier producteur de valeur ajoutée ne peut être réalisée sans que les titres de propriété de ces actifs soient clairement établis et leur protection soit effectivement garantie.

De la nécessité d’adopter des comportements productifs et performants

A côté de l’inadaptation du cadre juridique, le système bancaire algérien est dominé par les banques publiques dont la gestion n’est pas guidée par une logique d’efficacité. La mauvaise gestion des ressources collectées par le système bancaire trouve son origine dans le problème d’altération des incitations liée à la propriété et à la gestion publiques des banques. En effet, dans les banques publiques, les employés et les dirigeants n’agissent pas en fonction des besoins des clients, mais en fonction des injonctions des bureaucrates et des politiques. Dès lors, la propriété publique favorise plus la mauvaise gouvernance car elle offre un terreau fertile à l’ingérence du politique dans l’économique.

Ainsi, retrouver le chemin de l’efficacité, c’est-à-dire la transformation de l’épargne collectée en crédits finançant des investissements créateurs de valeur ajoutée, passe par l’ouverture à la fois des banques publiques au capital privé, et du marché à la concurrence. L’entrée de partenaires privés dans le capital des banques permet, d’une part, d’opérer une séparation entre la fonction de Directeur Général de celle de président du conseil d’administration dans le but de renforcer le contrôle interne des banques, et d’autre part, de rationaliser la gestion en favorisant l’émergence d’administrateurs professionnels, nommés à ce poste en fonction de leurs compétences, et non plus selon des considérations politiques.

Quant à l’ouverture du marché à tous les acteurs locaux et étrangers, elle implique l’abandon des comportements de rente et l’adoption de comportements productifs et performants. En effet, la concurrence facilite, à travers la multiplication des offreurs, l’élimination des situations de rente car la conquête et/ou le maintien de sa part de marché passe désormais par la diversification de l’offre et par la réduction des coûts. Cela profitera à la fois aux banques et aux clients dans la mesure où elle permettrait aux premiers de fructifier mieux les ressources collectées et aux seconds d’accéder plus facilement aux financements. A cet égard, nous pouvons citer le cas du Maroc dont le système bancaire a fait l’objet d’une série de réformes allant dans le sens de l’ouverture (levée de l’encadrement du crédit, abandon progressif de l’administration des taux d’intérêts, ouverture progressive à la concurrence, etc.). Cette ouverture a permis l’amélioration de l’accès des ménages et des entreprises à une offre de crédits diversifiée et de plus en plus compétitive.

Bref, la consolidation de l’ouverture du système bancaire sur l’extérieur, constitue pour l’Algérie une opportunité pour faire du crédit un levier de croissance en permettant aux acteurs économiques de bénéficier d’un financement diversifié et à moindre coût.

Hicham El Moussaoui est Docteur en Sciences économiques, chercheur au Centre d’analyse économique, Université Paul Cézanne.