600.000 signatures pour soutenir les agriculteurs camerounais

La pétition lancée par l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC) en faveur de l’octroi de financements directs aux agriculteurs camerounais a été signée par quelque 620.000 personnes, selon les résultats présentés à la presse ce vendredi à Yaoundé.

Lancée en août dernier par l’ACDIC dans le cadre de la campagne pour la souveraineté alimentaire, la collecte des pétitions avait pour objet de demander au gouvernement le soutien direct aux agriculteurs afin de garantir la souveraineté alimentaire au Cameroun.

Au cours de cette campagne de collecte de pétitions, environ 1,5 million de cartes ont été imprimées et diffusées à l’étranger et dans toutes les localités du pays auprès des agriculteurs, éleveurs, fonctionnaires, élèves, commerçants âgés de plus de 20 ans qui y ont apposé leur signature.

Selon le président de l’ACDIC, Bernard Njonga, le nombre de pétitions collectées traduit la volonté des populations camerounaises de voir leur agriculture subventionnée par les pouvoirs publics, afin de préserver la souveraineté alimentaire qui, selon lui, est en train de disparaître.

La menace des importations

Pour lui, la souveraineté alimentaire du Cameroun est menacée par les importations massives de produits alimentaires pas toujours de bonne qualité et qui peuvent pourtant être produits localement.

Elle est également menacée, selon lui, par la fermeture de plusieurs agro-industries du pays, l’abandon des terres et des fermes.

Il souligne également l’appauvrissement des paysans des campagnes, parce qu’ils produisent moins, faute de moyens et à cause de la non compétitivité de leurs produits sur les marchés nationaux et étrangers.

Il a souligné la nécessité et l’urgence pour le gouvernement d’accorder un soutien direct aux producteurs afin de lutter contre le chômage des jeunes, de revaloriser le travail de la terre, de booster l’économie nationale et d’assurer l’autosuffisance alimentaire pour tous les Camerounais.

Les pétitions ainsi collectées seront remises au autorités camerounaises et aux députés afin qu’elles trouvent une solution aux doléances, a indiqué M. Njonga.