500 réfugiés rentrés du Rwanda : le Burundi face à l’équation de la réinsertion

Évariste Ndayishimiye; président du Burundi

C’est sous haute escorte que quelque cinq cents réfugiés ont quitté le Rwanda pour rentrer au Burundi.

Depuis quelque temps, les autorités burundaises n’ont cessé de réclamer le retour au bercail des réfugiés qui étaient jusqu’ici au Rwanda. Voilà comment, jeudi 27 août 2020, dans un convoi supervisé par les autorités des deux pays et le HCR, le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies, environ cinq cents réfugiés ont quitté le Rwanda pour rentrer chez eux.

En 2015, quelque 390 000 Burundais avaient fui leur pays pour s’installer qui en Tanzanie, qui au Rwanda, qui en Ouganda et qui d’autres en RDC. Mais, depuis trois mois et l’arrivée au pouvoir d’Évariste Ndayishimiye, environ 5 000 réfugiés sont déjà rentrés au pays.

« Nous souhaitons que tous les réfugiés burundais puissent rentrer au bercail », disait récemment, à RFI, Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique du Burundi.

En 2015, les réfugiés burundais étaient arrivés en Tanzanie, au Rwanda et en RDC dans des camps saturés et n’avaient trouvé que des abris temporaires. Les centres de santé s’efforçaient, à l’époque, à faire face à un nombre énorme de patients. L’éducation était très basique et les enfants manquaient de matériel scolaire.

Il est même arrivé que ces réfugiés burundais subissent des pressions pour quitter le pays d’accueil. C’était le cas avec la Tanzanie.

Maintenant qu’il a demandé et obtenu à faire revenir ses réfugiés, le gouvernement burundais devra résoudre l’autre équation, celle de la réinsertion de ses milliers de compatriotes qui ont passé quelque cinq ans hors de leurs frontières.