43 cas de contamination au Covid-19 dans une prison : le gouvernement congolais sous le feu des critiques

Prisons de côte d'ivoire
Illustration (Prison de Côte d'Ivoire)

L’annonce, vendredi, de la détection de 43 cas de personnes contaminées par le Coronavirus, a suscité une vague d’indignation, notamment dans le rang des associations de défense des droits humains.

La prison militaire de Ndolo, à Kinshasa, est touchée par le Coronavirus. 43 cas de contamination y ont été détectés. Selon le ministre congolais de la Santé, Dr Eteni Longondo, le Coronavirus aurait été introduite dans la prison par « une dame qui est venue déposer de la nourriture ».

Le risque de propagation du virus dans les prisons surpeuplées de la RDC, comme la plupart des prisons du continent, était perçu par les autorités congolaises qui avaient procédé, dès le début du mois d’avril, à la libération de quelques 1 200 détenus, dans le but de désengorger un tant soit peu les maisons de détention. Et Human Rights Watch, de son côté, n’avait pas manqué de tirer la sonnette d’alarme concernant les risques de propagation du Covid-19 dans les prisons « surpeuplées et insalubres » de la RDC.

A la découverte de ces cas, les autorités ont très vite pris la décision d’ériger des tentes dans la cour de la prison pour la prise en charge des détenus contaminés et de désinfecter les cellules occupées par lesdites personnes. De même, il a été décidé de faire des prélèvements sur tous les détenus. « Nous continuons à tester les prisonniers de Ndolo. Nous nous attendons à ce que ce nombre soit encore (plus) élevé », a précisé le ministre de la Santé.

La riposte mise en place par les autorités après la détection de ces cas n’a pas empêché les critiques de fuser de toutes parts, en l’occurrence de JUSTICIA Asbl, une association de défense des droits humains. En effet, pour cette association, « c’est à la suite d’une négligence notoire du gouvernement congolais à travers ses ministères de la Justice, de la Santé et de la Défense que l’on vient de totaliser 43 cas de détenus infectés au Covid-19, à la prison de Ndolo, car aucune disposition de grande envergure n’a été prise pour limiter la propagation de cette maladie ».

« En effet depuis le communiqué du Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières dans lequel il a pris certaines mesures préventives contre la propagation du Coronavirus dans les prisons dont la suspension du transfèrement interprovincial des détenus, de l’entrée de colis (nourriture), du transfèrement des prévenus devant les offices des parquets dans les villes touchées par la pandémie, la suspension des audiences foraines, aucun mécanisme concerté de suivi, ni de matérialisation de ces recommandations n’a été mis en place pour soutenir financièrement ces mesures », explique  le communiqué de presse émis par l’association.

L’inquiétude est donc grande, puisque le nombre de cas de personnes contaminées ne cesse d’augmenter au Congo. Hier soir, les chiffres officiels faisaient état de 604 cas confirmés au total dont 579 dans la seule province de Kinshasa, 75 guérisons et 32 décès.