4 000 Français lancent le jihad contre les faux pèlerinages

C’est une première. Quatre mille Français musulmans doivent porter plainte collectivement contre X ce jeudi pour « vol », « escroquerie » ou « abus de confiance » à la suite d’arnaques concernant la préparation ou le déroulement de leur pèlerinage à la Mecque. Les plaignants entendent ainsi mettre fin aux agissements des « systèmes mafieux ».

Vols supprimés à la dernière minute, non remboursement du voyage annulé, faux visas, hébergement non conforme à la commande… C’est pour mettre un terme aux arnaques qui frappent chaque année des milliers de pèlerins de la Mecque que 4 000 Français, eux-mêmes victimes, entendent porter plainte contre X ce jeudi auprès du parquet de Paris. Cette action en justice collective, une première dans l’Hexagone, vise à prévenir les « vols », « escroqueries » et « abus de confiance » que les plaignants ont subi.

Intermédiaires peu scrupuleux

Leur méga-plainte est-elle une opération coup de poing ? Non, assure Zakaria Nana, président de SOS Pèlerins, qui se constitue partie civile. « Cette opération, je n’en suis pas fier, mais elle est nécessaire. Nous représentons la colère de ces dizaines de milliers de pèlerins qui taisent ce qu’ils ont subi par honte et certains pèlerins qui ont subi les arnaques à titre personnel ou familial », clame le leader associatif.

Au cours du pèlerinage 2007/2008, 11 500 des 40 000 pèlerins français ont déclaré avoir été « victime d’arnaque » et deux-tiers des voyageurs se sont dits « très insatisfaits » de leur séjour. Comme les précédentes victimes, elles ont été abusées par de faux spécialistes d’organisation de pèlerinage. Le quotidien français Le Parisien indique en effet qu’une dizaine d’opérateurs est sérieuse alors qu’une centaine exerce frauduleusement.

Dans cette jungle d’offres, des musulmans s’adressent à des intermédiaires peu scrupuleux qui touchent un cachet plus ou moins juteux sur le forfait choisi par le fidèle. Un fidèle qui ne se doute pas une seconde que l’on va profiter de sa foi – le voyage à la Mecque étant l’un des cinq piliers de l’islam – pour le spolier.

« La France est laxiste »

Dans ce dossier, Zakaria Nana regrette la passivité de la France : « Elle est laxiste sur ce dossier. En partie sur notre impulsion, un groupe interministériel avait été formé en mars 2005, après que des milliers de Français sont restés coincés à la Mecque. En 2005 et 2006, un bon travail a été fait mais, depuis 2007, curieusement, rien n’est fait. »

Zakaria Nana souligne qu’il n’attend pas du gouvernement de prendre en charge le pèlerinage. Ce qu’il souhaite, c’est qu’il « assure ses missions régaliennes : autorité, police, justice ». Des missions dans lesquelles, selon lui, il échoue. « Ce n’est pas normal qu’un plaignant victime d’une arnaque qui se rend dans un commissariat de police puisse voir sa plainte rejetée », dénonce le militant.

« Créer des opérateurs et d’agences de voyages spécialisés »

Pour empêcher les « systèmes mafieux » de sévir, Zakaria Nana « appelle à la création de vrais tours opérateurs et d’agences de voyages spécialisés dans l’organisation de pèlerinage et offrant des prestations de services identiques à celles offertes aux touristes » classiques. Un encadrement qu’il juge aujourd’hui « inexistant » en France, contrairement à ce qui se passe « au Mali » et en « Malaisie ».

« La Malaisie met en place pour ses 20 000 pèlerins une assistance technique de 1 000 personnes », explique Zakaria Nana. Pour le jeune défenseur du droit des pèlerins, la France serait bien inspirée de prendre exemple sur ces pays. D’autant que le nombre de fidèles se rendant à la Mecque croît d’année en année. D’après SOS Pèlerins, 23 000 se sont rendus à la Kaaba en 2004, contre 36 500 en 2007. Et ils pourraient être 100 000 en 2015.

Visiter le site de SOS Pèlerins