Burkina Faso : attaque meurtrière

Le Nord du Burkina Faso est encore endeuillé par une attaque qui a fait 43 morts. Les faits ont eu lieu dans les villages de Dinguila et Barga, situés dans la commune de Barga, Province du Yatenga.

« Le dimanche 8 mars 2020, des attaques ont été perpétrées dans les villages de Dinguila et Barga, situés dans la commune de Barga, Province du Yatenga, région du Nord, par des individus armés, non identifiés. Le bilan provisoire fait état de 43 victimes. Les blessés au nombre de 6, ont été référés au centre hospitalier régional de Ouahigouya, où ils sont pris en charge ». Telle est la teneur du communiqué rendu public ce lundi 9 mars 2020, par le gouvernement burkinabé.

Aussitôt après ce carnage, le ministre burkinabé de la Défense et de l’Administration territoriale s’est rendu sur les lieux, pour s’enquérir de la situation. Pendant ce temps, « les forces de défense et de sécurité ont été déployées pour sécuriser les villages ». Ainsi, le nord du Burkina Faso a encore été le théâtre d’une attaque meurtrière, visant surtout les civils. D’ailleurs le communiqué du gouvernement renseigne que « le procureur du Faso près le Tribunal de Ouahigouya est saisi pour toutes fins utiles ». Pour l’heure, l’attaque n’est pas encore revendiquée et c’est pourquoi le communiqué gouvernemental ne fait allusion à aucune identité, en ce qui concerne les assaillants.

Mais le moins que l’on puisse dire est que la situation qui règne dans cette partie du pays est complexe car, au-delà des attaques terroristes, il y a également les conséquences fâcheuses des conflits inter ethniques.  C’est dire que les violences djihadistes se confondent souvent aux conflits intercommunautaires. Et selon les statistiques de l’Organisation des Nations Unies (ONU), une telle situation a fait quelque 4 000 morts en 2019 au Burkina Faso, au Mali et au Niger.