Burkina Faso : 14 personnes assassinées dans la région du Sahel

Des hommes armés ont tué au moins 14 personnes dans la région nord du Sahel au Burkina Faso en attaquant un marché dans le village de Sikiré et une base militaire, a annoncé une source sécuritaire du pays. L’hypothèse terroriste est retenue.

Tôt lundi matin, des hommes armés ont attaqué une base des forces anti-terroristes, à l’ouest dans la province de Soum à Nassoumbou, incendiant des tentes et du matériel et tuant quatre personnes, a déclaré le directeur de la télévision nationale locale, Bouma Nebie. La même base avait déjà été attaquée en décembre 2016 et 12 militaires avaient azlors été tuées.

Toujours dans la province de Soum au nord du Sahel, l’attaque du marché s’est déroulé au milieu de la journée alors que le marché était plein. Près d’une douzaine d’hommes armés ont ouvert le feu sur des civils, faisant plus d’une dizaine de morts dimanche, a déclaré le ministre de la Sécurité, Ousseni Compaoré « Une dizaine d’individus armés ont mené dans la matinée de dimanche une attaque terroriste dans le village de Sikiré » a-t-il précisé, ajoutant qu’une enquête était en cour. La France a condamné avec la plus grande fermeté l’attaque et a réaffirmé sa préoccupation devant l’augmentation des attaques visant les forces de sécurité et les populations civiles dans ce pays d’Afrique de l’Ouest : « La France se tient, avec tous ses partenaires de la région, aux côtés du Burkina Faso face au terrorisme et est déterminée à poursuivre son appui aux efforts du président Kaboré et du nouveau gouvernement de M. Dabiré pour lutter contre ce fléau. »

Depuis janvier 2016, plus de 230 attaques terroristes ont eu lieu dans ce pays et l’état d’urgence a été décrété dans 14 provinces reparties sur six régions. Les extrémistes islamistes multiplient les attaques et la menace extrémiste s’est déplacée de la région du nord du Sahel, qui abrite le prédicateur local radicalisé Ibrahim Malam Dicko, vers l’est proche de la frontière avec le Niger.