14 Camerounaises retenues en esclavage au Koweït regagneront le Cameroun le 10 octobre

Découvertes après la diffusion de vidéos sur les réseaux sociaux, l’appel de 14 femmes camerounaises esclaves au Koweït a été entendu par Paul Biya qui s’est assuré que ces femmes puissent être rapatriées. Dans un communiqué, le Ministre Délégué auprès des Relations Extérieures, Félix Mbayu précise que le retour des 14 Camerounaises aura lieu le 10 octobre 2018.

C’est une vidéo décrivant le calvaire de certaines Camerounaises au Koweït, qui est à l’origine de la décision du Gouvernement camerounais. Les femmes concernées dont le nombre est passé de onze à quatorze, sont actuellement prises en charge par le Département des Affaires Sociales du Gouvernement koweïtien. Les autorités camerounaises via la représentation diplomatique de Riyad, ont délivré des laissez-passer à l’ensemble du groupe.

Leur retour au Cameroun sera effectif le 10 octobre 2018. Le Ministère des Relations Extérieures (MINREX) tient à souligner que le bien-être de l’ensemble des Camerounais, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, est une préoccupation constante du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, Chef de la Diplomatie. Le MINREX s’est doté le 22 avril 2013 d’une Direction des Camerounais à l’étranger, des Camerounais au Cameroun, des Réfugiés et des Questions Migratoires,

Cette direction est chargée entre autres de sensibiliser les Camerounais sur les risques des migrations mal préparées. L’Ambassade du Cameroun en Arabie Saoudite couvre désormais le Koweït et le Qatar. Le Cameroun dispose d’un consulat à Dubaï. Il faut noter aussi la création le 22 avril 2016, d’un comité interministériel chargé d’étudier les modalités de création d’une agence nationale de placement de la main d’œuvre à l’étranger.

Au-delà des mesures réglementaires, le Gouvernement camerounais mène d’autres actions, sur le terrain de la protection de nos compatriotes à l’extérieur. C’est ainsi que le Ministre délégué chargé de la Coopération avec le Monde Islamique a déjà eu à conduire des délégations dans certains pays du Moyen-Orient, pour débattre du phénomène de la traite des êtres humains et des mauvais traitements infligés aux migrants.

Le Cameroun travaille en partenariat avec l’Organisation Internationale des Migrations (OIM), en vue du rapatriement des Camerounais en situation de détresse. Plus de 2000 compatriotes ont déjà été rapatriés. 813 ont reçu des appuis leur permettant de démarrer une formation ou une activité rémunératrice. Les autorités camerounaises appellent les candidats à l’immigration à plus de vigilance.