27 juin 2017 / Mis à jour à 09:12 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
RDC - Diplomatie - Politique - Démocratie
RDC : quand Maman Sidikou viole la résolution 2348 de l’ONU

C’est peu de le dire. Les dernières déclarations du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en RDC ont provoqué un tollé, à la fois à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

Ce samedi 15 avril, le nigérien Maman Sidikou avait déclaré prendre acte de la nomination de Bruno Tshibala comme Premier ministre, alors même que celle-ci est catégoriquement rejetée par le Rassemblement de l’opposition et qu’elle n’est pas reconnue par la communauté internationale (ni par les Etats-Unis, ni par l’UE, ni par l’UA). Pour ne rien arranger, Maman Sidikou s’est proposé de mener des consultations en vue de la formation d’un gouvernement de large union nationale. « Je prendrai contact avec le secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, et mon frère et ami le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku », a-t-il déclaré à la presse au sortir de sa rencontre avec Bruno Tshibala. Certains n’avaient alors par manqué de relever le « deux poids deux mesures », jusque dans les termes choisis par Sidikou, entre l’opposition (« le secrétaire général de l’UDPS ») et la majorité (« mon frère et ami, le président de l’Assemblée nationale »).

Le Rassemblement de l’opposition a réagi à ces déclarations dans un communiqué acerbe : « les propos de Maman Sidikou énervent et contrarient les Congolais. » « A quoi jouez-vous, Monsieur le secrétaire général de la Monusco », s’est interrogée, de son côté, sur son compte twitter, La Lucha, un mouvement citoyen très actif au Congo-Kinshasa. Et d’ajouter : « vous vous laissez entrainer dans un jeu politicien au lieu de vous concentrer sur l’essentiel ».

Une impression de parti pris ressenti par plusieurs ambassadeurs européens en poste à Kinshasa. L’un d’entre eux confesse : « chaque semaine, nous avons un ‘forum hebdomadaire’ auquel participe la Monusco et les ambassadeurs de l’UE en poste à Kinshasa. A chaque fois, mes confrères diplomates et moi nous interrogeons sur l’attitude de Maman Sidikou. Il se montre très critique envers l’opposition et étrangement conciliant à l’égard du pouvoir », dit-il avant d’ajouter : « nous n’avons, par conséquent, pas été surpris par ses dernières déclarations. Le pire, c’est qu’elles violent non seulement l’accord de la Saint-Sylvestre mais également… la résolution 2348 du Conseil de sécurité de l’ONU qui entérine l’accord du 31 décembre 2016 en RDC. C’est un comble ! », s’exclame-t-il avant de conclure, énigmatique : « parfois, il y a vraiment de quoi s’interroger sur ses motivations… »

« C’est triste. Après Edem Kodjo, c’est au tour de Maman Sidikou de jouer un jeu trouble au Congo », confie, dépité, un diplomate de l’UA. « Nous Africains, devrions montrer le bon exemple pour pousser nos pays vers la voie de la démocratie. Malheureusement, force est de constater que c’est souvent le contraire. »

Adrien Seyes



à la une




communiqués

afrik-foot