22 mai 2018 / Mis à jour à 20:12 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Mali - Conflit - Guerre - Politique
Mali : une mutinerie évitée de justesse ?
Soldats maliens

Au Mali, l’arrestation pour désertion de trente-six gendarmes déployés dans le centre du pays, laisse croire qu’une mutinerie a été évitée de justesse.

A peu près une compagnie composée d’éléments de la gendarmerie aurait planifié une révolte armée sur la ville de Bamako, révèle Maliactu, qui précise que .les mutins se sont regroupés, armés à bord des véhicules militaires avec pour destination Bamako. Cet incident intervient alors que le gouvernement a annoncé, il y a quelques jours, le lancement imminent d’une « vaste opération » de sécurisation dans le centre de ce pays d4afrique de l’Ouest en proie aux groupes djihadistes qui ont fini d’en faire leur sanctuaire.

Ce sont les Départements de la Défense et de la Sécurité ainsi que de la Protection Civile qui, toujours selon le site malien, qui ont élaboré une stratégie d’intervention rapide et sans bavure aucune. Pour cela, une force spéciale mixte, composée d’éléments de la Garde nationale, de la Gendarmerie, de la Police nationale entre autres, a été mise en place. Cette unité spéciale a réussi à intercepter les Gendarmes mutins au niveau de la forêt de Faya, en provenance de Mopti, et des Régions du Nord du pays. L’intervention a eu lieu durant la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 janvier 2018, précise le site, qui cite des sources concordantes.

Finalement, ces gendarmes, qui auraient voulu manifester leur colère suite à leur échec au concours pour la formation du Certificat Inter armes (CIA), et qui protesteraient contre un éventuel favoritisme dans ce concours, « ont été désarmés, arrêtés avant d’être mis dans des prisons militaires au niveau des différentes casernes de Bamako ».

Ces Gendarmes, souligne Maliactu, répondent actuellement aux interrogatoires des services de renseignements spécialisés. Affaire à suivre !



à la une



afrik-foot