24 novembre 2014 / Mis à jour à 23:13 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Sao Tome et principe - Hydrocarbures
Suspicion de fraude dans le dossier pétrolier nigériano-santoméen
La justice de Sao Tomé et Principe a déclaré avoir détecté dans le dossier de la deuxième vente aux enchères des blocs pétroliers de la zone d’exploitation conjointe nigériano-santoméenne, de sérieuse lacunes susceptibles de mettre en doute la transparence de l’opération, a appris la PANA mardi de source judiciaire.

Le ministère public a découvert ces failles après des investigations entamées il y a quelques mois à la suite des dénonciations sur des présumés conflits, des jeux d’intérêts et l’absence de transparence concernant l’appel d’offres international.

"Nous avons déduit lors des investigations, qu’il existait de sérieuses failles lors de la deuxième mise en vente aux enchères des blocs. Nous croyons que, dans certains cas, il y a eu absence de transparence, alors que dans d’autres cas, on ne pouvait évaluer la capacité ni la viabilité financière des entreprises qui ont participé à la vente aux enchères", a expliqué Dobie Langenkamp, chef de l’équipe des consultants américains qui assiste le ministère public dans ses investigations.

Les experts qui assistent le parquet dans l’affaire, ont déclaré toutefois, qu’il "faut continuer les investigations" afin de situer les responsabilités.

"Nous sommes conscients que ces investigations prendront du temps, car plusieurs compagnies ont exploité le même bloc. Il y a des compagnies qui rencontrent des difficultés financières et qui, sûrement, ne voudront pas signer l’accord de partage de la production", a conclu Dobie Langenkamp.

Après avoir interrogé près de 26 personnes impliquées dans le dossier du pétrole et revu les nombreux documents et rapports, le ministère public devra envoyer une mission à Abuja (Nigeria) pour examiner la procédure de sélection des entreprises ayant été adjugées pour l’exploitation des blocs pétroliers.

"Des contacts sont en train d’être entrepris pour que nous poursuivions les investigations au Nigeria car nous serons obligatoirement amenés à y faire des enquêtes comme ici, de manière à avoir une enquête complète", a assuré le procureur général de la République, Adelino Pereira.

La procédure remonte à avril dernier quand la réunion du Conseil ministériel conjoint avait approuvé à la deuxième vente aux enchères, cinq blocs pétroliers et adjugé la participation de leur exploitation

A l’époque, plusieurs voix avaient dénoncé les résultats de la réunion, parce qu’elles considéraient que des entreprises non qualifiées ont été favorisées au détriment de compagnies présentant de meilleurs profils et de plus grandes offres de bonus de signature.

Si tout se passe comme prévu, les résultats des investigations devront être connus dans six semaines.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles