18 septembre 2014 / Mis à jour à 01:21 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Ethiopie - Aviation - Politique - Transport - Pauvreté
Ethiopian Airlines, la puissance d’un pays pauvre
552 millions d’euros de chiffres d’affaires et 39% de très pauvres dans le pays. Forte de l’acquisition du dernier Boeing et d’un chiffre d’affaires qui s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros, la compagnie aérienne Ethiopan Airlines est un fleuron de l’économie éthiopienne. Une affaire florissante qui contribue à faire de ce pays une puissance régionale. Pourtant, l’Ethiopie continue de souffrir de la pauvreté. Un paradoxe sur lequel revient notamment Philippe Hugon, spécialiste des questions géopolitiques africaines à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques), interrogé par Afrik.com.

168 millions d’euros, environ, c’est le prix auquel Ethiopian Airlines a acheté en août le dernier-né de la gamme Boeing, le 787, dit « Dreamliner ». L’Ethiopie était le second pays à se procurer ce bijou technologique, juste après le Japon. Un symbole supplémentaire de la bonne santé de la société, qui fait partie des principales compagnies aériennes d’Afrique. Un symbole, certes, mais un paradoxe aussi, car, classé au 174e rang sur 187 pays d’après le rapport 2011 sur le développement humain de l’ONU, le pays demeure parmi les plus pauvres au monde.

Avec l’équivalent de 552 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2011, une quarantaine d’avions et 69 destinations internationales sur 4 continents, Ethiopian Airlines est un véritable fleuron de l’économie éthiopienne. Et un véritable exemple de réussite d’une entreprise publique, car la compagnie appartient à 100% à l’Etat. Pour Philippe Hugon, spécialiste des questions géopolitiques africaines de l’IRIS interrogé par Afrik.com, la compagnie, née fin 1945 d’une collaboration initiale avec la compagnie aérienne américaine Trans World Airlines, a contribué à faire de l’Ethiopie une puissance régionale et lui a permis d’être « présent dans l’espace africain. »

Un secteur stratégique

Un développement rendu possible, toujours selon ce spécialiste, par l’action d’un Etat fort, mettant en place de véritables stratégies pour renforcer certains domaines de l’économie. Meles Zenawi, le Premier ministre récemment décédé ou encore le militaire Mengistu Haile Mariam, à la tête de l’Etat de 1977 à 1991, ont bien sûr caractérisé ce type d’Etat.

Un fleuron de l’économie, certes, mais qui révèle toutefois un certain paradoxe. En effet, car malgré une croissance parmi les plus dynamiques du continent africain, l’Ethiopie reste un pays très pauvre. Classé au 174e rang -sur 187 pays- d’après le rapport 2011 sur le développement humain de l’ONU, sa population est régulièrement la proie de famines. Environ 39 % de sa population vit avec moins de 1,25 dollar par jour, selon l’IRIN, un service de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.

Mais pour Philippe Hugon, il n’y a rien de vraiment très exceptionnel dans ce paradoxe. L’Ethiopie ressemblant en cela à d’autres pays africains, où une minorité ethnique s’accapare le pouvoir au détriment du reste de la population. Un schéma malheureusement assez classique sur le continent.

A lire aussi :

- L’Ethiopie doit gérer l’après Meles Zenawi

- Lydie Boka : « Meles Zenawi laisse un grand vide à l’Ethiopie »

- Ethiopie : les Tribus de l’Omo chassées de leurs terres


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles