24 novembre 2014 / Mis à jour à 22:38 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Namibie - Homosexualité - Sexualité
Mister Gay nouvelle star de la Namibie

La vie de Wendelinus Hamutenya, un jeune homosexuel de 25 ans, a changé depuis qu’il a remporté le titre de Mister Gay Namibie en novembre 2011. Sa victoire au concours a permis d’ouvrir le débat dans le pays, où les homosexuels sont victimes de discriminations et de violences. Désormais, l’homosexuel le plus connu de Namibie, compte bien utiliser sa notoriété pour faire évoluer les mentalités.

Wendelinus Hamutenya est bien loin du jour où il a avoué à son père son homosexualité. Ce dernier l’a envoyé immédiatement à l’hôpital psychiatrique. « A 16 ans, j’ai remarqué mon attirance pour les garçons et les hommes. Et à 18 ans, alors que j’étais encore à l’école, je l’ai dit à mon père, qui a rapidement téléphoné à la police pour qu’elle m’emmène au service psychiatrique de l’hôpital central de Windhoek », raconte-t-il. Il a réussi finalement à s’enfuir chez des amis après avoir été interné pendant quelques jours. « Ca a été déchirant de passer par tout ça ! », explique-t-il, selon Afriquinfos.

« Gagner le titre de Mister Gay en Namibie a permis d’ouvrir le débat sur les gays ! »

Sept ans après cette mésaventure, le jeune homme de 25 ans, qui a remporté en novembre dernier le titre de Mister Gay Namibie, souhaite utiliser sa notoriété pour faire évoluer les mentalités dans son pays, où les homosexuels sont toujours victimes de discriminations. Il s’est réconcilié avec ses proches qui acceptent son homosexualité. Dans son village natal, où il gardait régulièrement le bétail lorsqu’il était enfant, il a été accueilli en héros. « Gagner le titre de Mister Gay en Namibie a permis d’ouvrir le débat sur les gays (...). J’ai reçu des félicitations venues de partout, aussi de personnes hétérosexuelles. Ca a été une percée ! », affirme-t-il. « Je reçois beaucoup d’appels de jeunes garçons et de jeunes hommes qui se rendent compte qu’ils sont gay ou bisexuels, mais ils sont confus, troublés, et ont peur. Je voudrais donc visiter toute la Namibie pour parler aux gens de tolérance. »

Le bonheur qu’il a ressenti après avoir reçu son titre a été de courte durée. Le jeune homme a été agressé et battu par deux hommes, deux semaines après sa victoire. Il a finalement été secouru par des voisins qui l’on tiré d’affaire. Mais ses assaillants ont pris la fuite et Wendelinus Hamutenya a séjourné à l’hôpital avec des contusions aux côtes et des coupures au nez et au front. Son agression a rapidement fait le tour de la toile, notamment des réseaux sociaux, provoquant la colère des internautes et des groupes gays. Pour le jeune homme, cela prouve que son pays a bien évolué. Ce qui ne semble pas être le cas du côté des autorités. « J’ai porté plainte au poste de police le plus proche. J’y suis retourné il y a quelques jours pour voir si des progrès avaient été faits. Les policiers m’ont répondu que le dossier s’était perdu », déplore-t-il.

« Des homosexuelles victimes de viols pour être guéries »

Pour Linda Baumann, directrice du groupe de défense des droits des homosexuels Outright Namibia, le cas de Wendelinus Hamutenya demeure une exception dans le pays. D’après elle, de « nombreux homosexuels doivent encore se marier avec une femme pour se plier aux conventions, tandis que les lesbiennes sont régulièrement victimes de viols de la part d’hommes qui cherchent à les "guérir" », déplore-t-elle.

Pourtant selon la Constitution namibienne, « personne ne peut être victime de discrimination en raison du sexe, de la race, de la couleur, de l’origine ethnique, de la religion, de la croyance ou du statut social ou économique ». Toutefois une loi de 1927 interdit toujours la sodomie. D’ailleurs, les autorités n’ont pas hésité à chasser les homosexuels dans les années qui ont suivi l’indépendance de la Namibie, qui appartenait à l’Afrique du Sud jusqu’en 1990. Le discours du président de l’époque, Sam Nujoma, qui a affirmé que « les homosexuels doivent être condamnés et rejetés dans notre société », témoignait de l’hostilité que ces derniers inspiraient.

Même si le chemin reste long pour que la Namibie change son regard sur les homosexuels, Wendelinus Hamutenya est décidé à mener jusqu’au bout son combat pour la tolérance. D’ailleurs, le jeune homme a pour ambition de remporter le titre de Mister gay world qui se tiendra en avril à Johannesburg.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles