17 septembre 2014 / Mis à jour à 19:14 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Erythrée - Etats-Unis - Ethiopie - France - Kenya - Ouganda - Somalie - Famine - Guerre - Hydrocarbures - Politique
Somalie : Les secrets d’une invasion
Somalie rime bien trop souvent avec instabilité politique, terrorisme, islamistes, guerre… Mais il y a une autre réalité. Une réalité sordide. Celle où se confondent famine et pétrodollars. La Somalie a un sous-sol riche en uranium, en fer, en gaz naturel… Et en pétrole ! D’énormes potentiels convoités depuis plus de vingt ans par des majors pétrolières. Nombreux sont ceux qui veulent une part du butin.

Le Kenya a lancé, en octobre 2011, une opération militaire destinée à nettoyer le sud de la Somalie de Harakat al-Shabaab al-Mujahideen (HSM), communément appelé al-Shabaab ou encore shebab. Pour justifier cette invasion, le gouvernement kényan a invoqué les rapts et attentats qui auraient été orchestrés par les shebab sur son territoire. Pourtant, HSM nie en bloc être à l’origine de toutes ces actions. En vain.

L’African Union Mission in Somalia (AMISOM) [1], sous les ordres du commandant ougandais Fred Mugisha, continue ses efforts de « stabilisation » dans le pays, avec en première ligne les militaires ougandais et burundais. Les Etats-Unis, quant à eux, ne sont pas très loin… Tous, qu’attendent-ils réellement de la Somalie ? Pourquoi HSM représente-t-il l’ennemi numéro 1 à abattre ?

Rappel : Entre 1998 et 2006, la Somalie s’est retrouvée divisée en un certain nombre d’Etats autonomes. Al-Shabaab est officiellement formé en 2007 par Aden Hashi Farah "Ayro". Depuis 2008, ils contrôlent la majeure partie du sud de la Somalie et prônent, entre autre, l’établissement d’un Etat islamique.

Les intentions du Kenya

Depuis 1991, la guerre civile s’est emparée de la Somalie. Le Gouvernement Fédéral de Transition (GFT), établi en 2004, ne dirige qu’une partie limitée du pays. L’armée kényane a pour ambition, selon Romain Lalanne, consultant en politiques étrangères, de nettoyer le sud de la Somalie, occupé par HSM. Jusqu’à la rivière Juba. S’emparer de la ville côtière de Kismayo et établir de manière durable une « zone tampon » d’une centaine de kilomètres. Des objectifs qui permettraient de limiter les actions des Shebab et de désengorger les camps de réfugiés du nord du Kenya afin de les relocaliser au sud de la Somalie.

Le 14 octobre 2011, le Kenya lançait son opération militaire "Linda Chi" dans le sud somalien officiellement pour combattre les Shebab. « Si le Kenya est intervenu en Somalie, c’est pour confier le sud du pays à un allié local qui défendra ses intérêts économiques dans le secteur. Et non pour se défendre contre les terroristes du mouvement Al-Shabaab », a affirmé Romain Lalanne au Nouvel Observateur. Un plan militaire qui aurait été décidé depuis belle lurette dans le cadre de sa stratégie régionale. D’après des câbles diplomatiques dévoilés par Wikileaks, le Kenya disposait de plans d’offensives depuis au moins 2010. Les autorités kényanes elles-mêmes ont reconnu avoir préparé depuis quelques temps déjà cette opération. « Une opération de cette ampleur ne se planifie pas en une semaine », déclarait fin octobre Alfred Mutua, porte-parole du gouvernement. D’ailleurs, les Etats-Unis s’étaient portés volontaires pour évaluer la stratégie tout en exprimant des réserves quant à une intervention kényane dans le sud. Des réserves ? De la poudre aux yeux sûrement. Car en fait, Washington soutient ouvertement l’opération militaire du Kenya en Somalie. La France, elle, reste plutôt discrète quant à son implication.

Créer une région semi-autonome

Le but de Nairobi serait aussi (et surtout) la création d’une région semi-autonome, « voire sécessionniste », dans le sud somalien. Cette partie-là du pays serait ensuite confiée à un allié local qui pourra défendre les intérêts du Kenya. Et à ce sujet, voici ce que Le Nouvel Observateur révèle : « En effet, le contrôle du sud de la Somalie revêt des enjeux qui touchent tout autant aux intérêts économiques du Kenya qu’à sa sécurité intérieure. Dans le cadre de sa stratégie "Kenya Vision 2030" visant à bâtir un pays à revenu intermédiaire d’ici 2030, le Kenya veut capitaliser sur l’indépendance du sud-Soudan. Parmi ses projets : l’établissement d’un réseau d’infrastructures routières, ferrées et énergétiques partant de la zone côtière de Lamu pour relier l’Ethiopie et le sud-Soudan. Nairobi prévoit notamment de construire un terminal à hydrocarbures au port de Lamu afin d’évacuer le pétrole sud-soudanais. »

Pour arriver au terme de ses projets, le Kenya a besoin d’alliés solides. Justement, Mohamed Abdi Mohamed, alias Ghandi, ancien ministre de la Défense en Somalie (2009-2010) et actuel président de l’Azania, une province qui couvre une partie du sud somalien, est un proche du gouvernement kényan. Si les milices Shebab sont battues, son objectif sera de maintenir sa position en Azania. Son rival, Ahmed Mohamed Islam, alias Madobe, à la tête du groupe Ras Kamboni, combat pareillement les forces Shebab. Ironie du sort, il est également un proche du Kenya. Il « dispose d’un bon réseau au sein de la hiérarchie militaire kényane », et ambitionne lui aussi de contrôler le sud de la Somalie en cas de défaite de HSM. L’avantage de Madobe sur Ghandi, c’est qu’il dispose d’une milice locale sur laquelle les Kényans pourront compter en cas d’assaut dans la ville de Kismayo. Le port de Kismayo est le plus important du sud de la Somalie. Il est une véritable cible pour les forces kényanes. En s’emparant du port, ils couperaient les Shebab de leur principale source financière.

L’Ethiopie veille, le Kenya stagne

Les forces éthiopiennes interviennent également en Somalie depuis le 20 novembre, officiellement pour épauler l’offensive kényane. L’ouverture de ce deuxième front devrait empêcher les rebelles de bénéficier de renforts, particulièrement autour de Kismayo. Mais pour Addis-Abeba, hors de question de laisser le champ libre aux Kényans. D’après Le Nouvel Obs, le gouvernement éthiopien ne peut accepter « l’éventualité d’une région somalienne contrôlée par le Kenya ». Déjà, Madobe et Ghandi appartiennent au clan Ogadeni, majoritaire dans la région éthiopienne de l’Ogaden. Puis, l’élimination des Shebab permettrait à l’Ethiopie de contrer son ennemi de toujours : l’Erythrée, accusée de soutenir HSM. Depuis l’indépendance de l’Erythrée en 1991, les deux pays se livrent à une guerre sporadique. En Somalie, c’est incontestablement une guerre par procuration dans laquelle les deux pays se sont engagés.

Pour l’heure, l’armée kényane stagne. D’après Nairobi, les fortes pluies et la boue sont à l’origine de cette immobilisation. Le Nouvel Obs parle lui d’une crainte de devoir « affronter une guérilla al-Shebaab connue pour sa mobilité et symbolisée par ses colonnes de technicals, ces jeeps surmontées d’une mitrailleuse. » Il est possible que les forces kényanes attendent un appui militaire de la part du gouvernement américain.

Dans l’attente des forces américaines

Une vaste implication de militaires américains en Somalie n’est vraisemblablement pas à l’ordre du jour, étant donné la situation actuelle dans la corne de l’Afrique. Leur participation se limite, pour l’instant, à un soutien « proxy war ». Par exemple, des frappes ciblées à l’aide de dromes américains. En octobre, le gouvernement US déclarait avoir vendu du matériel militaire et offert un soutien logistique et des formations militaires aux troupes kényanes. « Nous offrons ouvertement notre assistance par le biais des armées de l’air, de terre et de la marine depuis longtemps, et nous continuerons de le faire. Nous ne sommes pas présents en Somalie. Notre soutien passe par du matériel », a déclaré l’ambassadeur américain au Kenya Scott Gration lors d’une visite, en octobre, au ministre kényan de la défense Yusuf Haji.

World Socialist Web Site (WSWS), rapporte que le président ougandais, Yoweri Museveni, voisin du Kenya et allié des Etats-Unis, a réclamé une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Somalie pour, dit-il, « déraciner la milice al-Shabaab ». Mais alors pourquoi ? HSM n’a absolument pas de puissance aérienne. Ni même de missiles sol-air. En fait, c’est surtout en pick-up qu’ils se déplacent. Le général Carter F. Ham, à la tête de l’AFRICOM, a clairement fait comprendre qu’il n’était pas opposé à une telle action. Seulement, pour qu’une zone d’exclusion aérienne puisse voir le jour, la demande doit provenir de l’Union africaine et non des Etats-Unis. Cela nous rappelle étrangement le conflit libyen. La demande d’une zone d’exclusion aérienne émanait officiellement de la Ligue arabe. « Une opération militaire américaine sous un faux pavillon », précise WSWS.

Le président du comité de la Chambre sur la sécurité intérieure, Peter King, présente les Shebab comme « une menace grandissante » pour les Etats-Unis, allant même jusqu’à prétendre que les milices Shebab recrutaient des Américains d’origine somalienne. Une déclaration que le professeur Karen Greenberg a rapidement remise en question dans un texte paru dans les colonnes de The Guardian. Elle a précisé, entre autre, qu’à ce jour, seul un Américain d’origine somalienne avait été condamné pour des délits liés au terrorisme et qu’il n’avait absolument aucun lien avec les Shebab.

De la famine à la guerre

Les Etats-Unis tiennent HSM pour responsable de la crise économique et de la famine en Somalie. Selon Washington, les Shebab empêchent les ONG d’accomplir correctement leur travail humanitaire dans le pays. Pourtant, c’est bien le gouvernement US qui refuse qu’une aide soit apportée aux régions somaliennes qui ne sont pas sous le contrôle du Gouvernement fédéral de transition. Donald Steinberg, administrateur adjoint de United States Agency for International Development (USAID), l’a dit lui-même au cours d’une conférence de presse à Londres : « Nous sommes déterminés à sauver des vies en Somalie et nous travaillons déjà dans toutes les régions qui ne sont sous contrôle d’al-Shabaab ». C’est-à-dire que 40%, uniquement, des zones touchées par cette crise sont concernées. Pour le reste, ce sont 3,7 millions de personnes qui en paient les frais dont 2,8 millions qui se trouvent dans le sud du pays. Et si une ONG décide de venir en aide à ces populations, elle court le risque d’être poursuivie pour assistance matérielle à une organisation terroriste.

Le gouvernement Obama n’avait pas hésité, en 2009, à forcer le Programme mondial d’alimentation à mettre un terme à son programme d’aide à l’attention des mères et des enfants en situation de malnutrition au motif qu’il aidait une organisation terroriste. Plus de deux ans après, les zones où l’ONU a officiellement déclaré l’état de famine se voient refuser toute aide en nourriture. Clairement, Washington utilise sciemment la famine comme arme de guerre. [2]

Lire aussi :

- > La Somalie dans la tourmente


[1] Le Kenya qui a décidé de rejoindre l’Amisom, refuse de se placer sous le commandement de Fred Mugisha, en charge des troupes de l’Amisom. Les troupes kényanes tiennent informé Mugisha de leur incursion au sud de la Somalie mais ne veulent pas de directives, a révélé La lettre de l’Océan dans sa dernière édition. Le message est clair : pas de comptes à rendre.

[2] En abandonnant en 1991 le dictateur militaire Siad Barre, qu’ils soutenaient depuis 1977, les Etats-Unis ont entraîné avec eux la chute du régime. En 1992, Bush père envoyait 30 000 soldats en Somalie dans le cadre de l’opération « Restore Hope » (Restaurer l’espoir, NDLR), sous prétexte de livrer de la nourriture. Les Shebab n’existaient pas encore. A cette époque la menace venait des « Seigneurs de guerre », nés avec l’effondrement du régime de Siad Barre. En 1994, ce qui ressemblait de plus en plus à une occupation a dû être interrompu par Bill Clinton suite à l’attaque de l’hélicoptère américain Black Hawk, abattu à Mogadiscio. Aujourd’hui, Washington semble déterminé à inverser la tendance et à reprendre le contrôle, via ses alliés, d’un pays riche en pétrole et autres ressources précieuses. Sans parler du fait que la Somalie se trouve à la croisée du commerce mondiale maritime et aérien.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles