23 septembre 2014 / Mis à jour à 23:14 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Afrique du Sud - France - Musique
Ras Dumisani : l’hymne d’espoir du reggae
Le chanteur sud-africain présente "Rise and Shine" son dernier album. Le chanteur de Reggae Ras Dumisani est de retour avec son dernier album sorti en février. Son nouvel opus « Rise and Shine » est un message d’espoir adressé au continent africain selon l’artiste. Une sorte de revanche après sa prestation de l’hymne national sud-africain en prélude du test-match de rugby France-Afrique du Sud en 2009 qui avait créé la polémique.

Comme à son habitude, c’est en dreadlocks, l’air extrêmement décontracté que Ras Dumisani est venu à Afrik.com parler de son dernier album sorti en février. Comme dans ses précédents opus, « Rise and shine » est un mélange de roots et de reggae des origines. Il reprend deux titres classiques du genre, As long as you love me et Killing me Softly. Il est principalement question d’amour dans cet album, nous explique Ras Dumisani, les yeux pétillants. « Rise and Shine » est un album d’espoir…c’est pour l’ Afrique en général et pour les Africains » en particulier, s’enthousiasme le chanteur sud-africain.

Très à l’aise, Ras Dumisani qui est anglophone s’essaie à parler français. Bien calé dans son siège, c’est naturellement que l’artiste admet que « Rise and shine » est une sorte de revanche après son interprétation critiquée de « Dieu bénisse l’Afrique », l’hymne national sud-africain lors du test-match de rugby France-Afrique du Sud en 2009. Sa performance avait sonné comme une défaite musicale. Le chanteur de Reggae s’était pourtant fait un nom dans le milieu reggae roots avec l’album Résistance, sorti près d’un an et demi avant la rencontre sportive.

Le descente aux enfers

« Je sais que je n’ai pas bien chanté », reconnait timidement Ras Dumisani qui ajoute aussitôt qu’il l’aurait fait s’il avait eu de « meilleurs instruments et conditions ». Le chanteur de Reggae n’en démord pas. Il connaissait cet hymne « très bien ». Il l’avait chanté à plusieurs reprises auparavant. Selon lui, cet « hymne était un sabotage ». Il affirme, encore visiblement remonté, que la Fédération Française de Rugby (FFR) n’a pas été d’un accueil chaleureux à son égard.

Vexée par sa prestation, elle n’aurait même pas pris la peine de le raccompagner à son hôtel puis à l’aéroport à la fin du match. Pour Ras Dumisani, ce fut le début de la descente aux enfers : concerts annulés, insultes, apostrophes dans la rue. Mais le chanteur assure avoir senti le mal venir. « Je savais qu’il allait se passer quelque chose, que j’allais être plus connu » dit-il. Petit à petit, les choses commencent à changer. « Maintenant les gens sont adorables », conclut ce dernier.

Des projets

Ras Dumisani n’a pas perdu de temps. Il a déjà écrit et composé quatre autres albums qui n’attendent plus que d’être produits. Son attaché de presse procure fièrement des copies à Afrik.com, en exclusivité. Mais la production coûte « très chère », explique le chanteur. A la question de savoir s’il a trouvé une maison de disques pour son dernier album, Ras Dumisani répond qu’il produit lui-même ses albums, excepté le prochain opus dont il est particulièrement satisfait, Motherland, qui sera une co-production.

Le chanteur continue dans la voie dans laquelle il s’est lancé il y a une vingtaine d’année . Il affirme beaucoup voyager pour la promotion de ses albums. Il ne reste plus qu’à lui souhaiter bonne chance pour la suite, dans les meilleures conditions techniques possibles.



à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles