26 mars 2017 / Mis à jour à 06:23 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
France - Les Comores - Audiovisuel - Diaspora - NTIC - Portraits
World4com.tv : une télévision comorienne sur le Net

Interview de son fondateur, Kamal Ben Saïd. Dynamique Comorien de 30 ans, commercial dans une maison de disque en France, Kamal Ben Saïd a créé une Web TV dédiée à son pays d’origine. Le site internet propose divers sujets et reportages. Une première dans l’histoire de l’audiovisuel comorien.

En 2001, dans une période confuse de sa vie, Kamal Ben Saïd a pris la décision de quitter la France où il avait grandi pour s’installer aux Comores. A son retour dans l’Hexagone, fin 2002, il a eu l’idée de créer un site internet, sous forme de forum social dédié aux Comoriens, puis en 2004 la Web TV World4com.tv. Nous l’avons rencontré.

JPEG - 37.2 ko

Afrik.com : Comment vous est venue l’idée de créer World4com.tv ?
Kamal Ben Saïd :
A mon retour des Comores, j’allais sur beaucoup de sites internet afro-antillais, et l’idée a été de refaire la même chose mais en version comorienne. Je me suis donc sérieusement penché sur le sujet, à savoir créer un site internet pouvant regrouper toutes sortes de choses sur les Comores. Au début, World4com était un forum de discussion portant sur des sujets qui touchaient principalement les jeunes Comoriens de France. Ensuite, pour attirer plus de monde, on a commencé à proposer des sujets d’interviews de personnalités comoriennes ou d’exemples comoriens qui ont réussi professionnellement. World4com est née en 2004.

Afrik.com : Pourquoi cette envie soudaine de « retour aux sources » ?
Kamal Ben Saïd :
J’avais vraiment envie d’être l’initiateur d’un portail communautaire pour la rencontre de jeunes Comoriens nés en France. Le but étant d’avoir un point de rencontre sur Internet avec des sujets autres que politique. On organisait des rencontres entre membres du forum en faisant des sorties sur Paris. Objectif : se retrouver entre personnes issues des Comores, retrouver nos identités…

Afrik.com : Donc, en clair, World4com.tv est à la fois un Forum social et une Web TV ?
Kamal Ben Saïd :
Au début, c’était un portail communautaire. En 2007, c’était un contenu de vidéos, et en 2011 c’est devenu un petit média dont les sujets tournent autour des Comores. Désormais ce ne sont que des vidéos qui sont proposés à nos internautes. Avec la montée fulgurante de Facebook, nous avons perdu beaucoup de visiteurs, nous avons donc été obligés de diriger notre site Internet vers quelque chose d’inédit, « made in Comores ».

Afrik.com : Opérez-vous depuis la France seulement ou avez-vous des correspondants aux Comores ?
Kamal Ben Saïd :
Tout le monde est en France, mais nous essayons d’avoir un correspondant aux Comores. Pour les reportages à l’étranger, nous nous déplaçons nous-mêmes. On a un statut d’association, nous sommes une équipe de dix personnes, des compétences dans le web développement et certains dans l’audiovisuel, advertising et des gens qui nous aident à travers les réseaux sociaux.

Afrik.com : World4com.tv se définit comme la première WEB TV des Comores. Considérez-vous cela comme étant une révolution ?
Kamal Ben Saïd :
Totalement ! C’est une révolution, ça c’est sûr. Nous étions précurseurs sur beaucoup de choses, comme le fait de sensibiliser les jeunes dans un premier temps et essayer de faire un contenu vidéo pouvant attirer la communauté.

Afrik.com : Quels sont les types de sujets que vous proposez ?
Kamal Ben Saïd :
Actuellement on a trois émissions en place : Une émission mensuelle qui s’appelle « Electron Libre » et qui est présentée sous forme de reportage d’une durée de 15 min. Ce sont des reportages d’investigation, rencontrer des Comoriens, d’ici et d’ailleurs, dans leur vie de tous les jours. Nous sommes, pour le moment, allés aux USA, à Londres, au Maroc, au Canada et à Dubaï. Le but est de montrer comment vivent les Comoriens dans le monde. La seconde émission est « Génération E ». On fait des interviews de personnalités comoriennes et on les retranscrit sous forme de portrait. C’est une émission courte de 6 min. Et enfin « 4TV », une émission qui surfe autour de l’actualité comorienne. On discute de sujets culturels, associatifs et des programmes de divertissements. Une prochaine émission, qui s’appellera « les chroniques urbaines de SAM », devrait apparaître en septembre prochain. Le but étant d’aller à l’encontre des gens dans la rue, une sorte de micro-trottoir. Ce programme sera principalement concentré sur les« tendances africaines urbaines ».

Afrik.com : Est-ce une Web TV destinée uniquement aux Comoriens ?
Kamal Ben Saïd :
Non, c’est une très bonne carte de visite pour ceux qui souhaitent découvrir les Comores. J’invite d’ailleurs tout le monde à suivre nos reportages. A chaque fois que je rencontre un autre Africain, il a envie de faire la même chose pour son pays.

Afrik.com : La communauté comorienne de Marseille est très bien organisée et représentée. Serait-ce aussi l’une des raisons qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet ?
Kamal Ben Saïd : Pas du tout. Je sais que c’est un endroit à fort potentiel en termes de richesses personnelles. Mais ce n’est pas du tout pour ça que je me suis lancé dans ce projet. La communauté comorienne de Paris est à mon sens plus dynamique.

Afrik.com : On sent en vous une certaine amertume vis-à-vis de la communauté comorienne de Marseille…
Kamal Ben Saïd : On a fait une opération d’un week-end à Marseille en décembre 2007 pour présenter le projet. Les gens semblaient attentifs, mais derrière ça ne suivait pas. Sensibiliser les jeunes Marseillais n’a pas été une réussite.

Afrik.com : Avez-vous des chiffres officiels en termes de visites ?
Kamal Ben Saïd : J’ai des chiffres, mais je ne suis pas en mesure de les communiquer pour le moment. En gros World4com, par an, c’est 2,5 millions pages vu et 40 000 visiteurs uniques par mois.

Afrik.com : On s’aperçoit que les vidéos sont majoritairement destinées à une population de jeunes. Et les autres ?
Kamal Ben Saïd : La cible est jeune, c’est clair ! Les générations 80 et 90. Mais à partir de 2011,« Electron libre » sensibilisera la tranche d’âge des 40-50 ans. On aura un nouveau réseau de diffusion et on touchera une cible plus âgée et plus familiale. Cela peut aussi se traduire par le fait que World4com ne traite pas des sujets politiques, et c’est ce qui intéresse les plus âgés.

Afrik.com : Quels sont vos projets ?
Kamal Ben Saïd :
Trouver de nouveaux réseaux de diffusion et devenir une plateforme de production. Nous espérons devenir, à long terme, une petite start-up.

- Le site World4com.tv

JPEG - 62.2 ko


à la une




communiqués

afrik-foot