27 juin 2017 / Mis à jour à 02:33 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
France - Médias - Diversité - Discrimination
France Télévisions : douze propositions pour plus de diversité
Elles sont contenues dans le premier rapport de son comité permanent de la diversité. Insuffler de la diversité dans les ressources humaines, sur les antennes et dans les programmes de France Télévisions « qui n’est pas encore la télévision de tous les Français ». C’est l’objet du rapport rendu public ce lundi par le comité permanent de la diversité de l’audiovisuel public français dont Hervé Bourges assure la présidence.

Que pensent-ils de l’action et des propositions du Comité ?

- Manu Dibango, artiste
Calixthe Beyala, moi-même et d’autres, réunis au sein de l’association Collectif Egalité, nous nous sommes attaqués à ce problème il y a 10 ans. Hervé Bourges était alors patron du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), il nous a donné une tribune. Il y a une décennie, cela paraissait incongru. Aujourd’hui, il y a du concret et cela devrait aller en s’améliorant de génération en génération.

- Mariejosé Alie, directrice déléguée de la diversité auprès du directeur des programmes de France Télévisions, membre du Comité
Ce travail était absolument nécessaire parce que quand on a le nez dans le guidon, c’est le cas de tous les managers de France Télévisions, on a pas vraiment le temps de regarder le paysage (...) Tous les membres du comité sont convaincus que la diversité, c’est la modernité. Il n’y a aucune chance pour que la France soit un pays moderne si elle n’intègre pas les éléments de sa diversité (...) Si elle ne le fait pas, elle rentrera faible dans ce nouveau millénaire aride et rude. Ce n’est pas une question de moralité, je suis des Antilles, (...) c’est au-delà de l’injustice, il y des paramètres économiques, culturels (...) qui font que la diversité est incontournable. C’était passionnant de faire ce premier travail et le comité va continuer à travailler pour mettre en place des outils d’accompagnement (...) Il faut une force de conviction pour œuvrer en faveur de la diversité et de la modernité. La conviction, on l’a d’autant plus quand on est issu de la diversité (...) C’est pour cela qu’il est important de revisiter le volet Ressources humaines afin que les gens agissent en ayant une vision plus large.

- Patrick Lozès, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN)
Il faut saluer le travail qui a été fait par le Comité permanent de la diversité. On voit bien que dans notre beau pays, rien ne change sans qu’il y ait une mobilisation (...). Pour ce qui est du rapport, j’attends avec impatience de savoir ce que le président de France Télévisions retiendra comme mesures. Certaines sont très intéressantes et positives. Voilà quelques années que je me bats avec le CRAN pour dire qu’il faut des indicateurs pertinents pour mesurer la diversité, aujourd’hui, on reconnaît que nous avons raison puisque le Comité et le président de France Télévisions parlent d’outils pour évaluer les promesses qui sont faites.

Le comité permanent de la diversité de France Télévisions, présidé par Hervé Bourges, a remis ce lundi son rapport au président de l’audiovisuel public, Patrick de Carolis. « Nous avons entendu tout le monde, de Patrick de Carolis jusqu’au dernier des producteurs », a indiqué Hervé Bourges, dont la structure installée, il y a 10 mois, a été chargée de faire un état de lieu de la diversité à France Télévisions et des propositions pour sa meilleure prise en compte.

« France Télévisons n’est pas encore la télévision de tous les Français », a souligné Hervé Bourges qui espère surtout « un changement d’état d’esprit, une révolution des esprits ». En matière de diversité, dit-il, « il y a d’abord un problème culturel. Certains n’en perçoivent pas l’enjeu et suggèrent des mesures comparables à du saupoudrage. La situation doit évoluer de façon naturelle et normale. Y compris dans les fictions. Je suis contre les fictions communautaristes. Je suis pour qu’on retrouve des Noirs, des Arabes…dans des fictions générales comme cela se fait aux Etats-Unis dans des séries comme 24h chrono et qu’il y ait une banalisation ». Cela passe notamment par plus de diversité dans les structures de France Télévisions. « Personne n’avait travaillé auparavant sur ces questions de recrutement et de ressources humaines ». Le comité suggère ainsi des processus de gestion des ressources humaines qui assurent l’égalité des chances. Et notamment la nomination « d’un médiateur social chargé d’enquêter, de désamorcer et de résoudre les cas allégués de discrimination directe ou de mise à l’écart ». Une proposition qui tient particulièrement à cœur au président Hervé Bourges. Il estime que certaines affaires pourraient être réglées par une médiation au lieu d’être traités par les tribunaux.

Diversité : des hommes vers les écrans

Outre la diversité dans les structures, les douze propositions du comité permanent de la diversité à France Télévisions concernent les antennes et les contenus. Pour ce qui est du premier volet, il suggère, entre autres, que soit favorisée « très rapidement l’émergence d’une figure emblématique issue de la diversité pour présenter l’un des grands rendez-vous d’information du groupe ». De même que des partenariats soient noués avec des associations afin de « renouveler les intervenants et les invités » dans les émissions du groupe qui s’exprimeraient sur des sujets autres que ceux liés à la diversité. Le comité propose aussi de mesurer la diversité à l’écran, les chiffres obtenus seraient néanmoins à l’usage exclusif de France Télévisions. Enfin, en matière de contenus, les 16 souhaitent la mise en valeur « des figures et des évènements rassembleurs dans les documentaires et les fictions ». De façon plus large, le comité permanent souhaite l’installation d’un « réseau de promotion de la diversité dans le secteur audiovisuel ».

A l’origine de l’Observatoire de la diversité du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), il y a dix après et dont il est aujourd’hui membre, Hervé Bourges reconnaît que les constats demeurent les mêmes. Par exemple encore aujourd’hui, note-t-il, « quand vous rencontrez les responsables de chaînes de télévision, ils vous disent : "Nous ne faisons pas ces programmes parce que les producteurs ne nous proposent rien". Et les producteurs affirment ne pas présenter de projets parce qu’ils savent qu’ils ne seront pas retenus ».

JPEG - 50.7 ko
Les membres du Comité permanent, la secrétaire d’Etat à la Ville Fadela Amara (au milieu) et Frédéric Mitterrand (à droite)

« La société française telle qu’elle apparaît sur les écrans de télévisons n’est pas une création de France Télévisons »

Patrick de Carolis a indiqué que le rapport du comité permanent de la diversité sera présenté « dès demain matin au conseil d’administration ». « Nous allons, a-t-il poursuivi, dans la dizaine de propositions qui nous ont été faites, retenir celles qui feront l’objet d’une prise immédiate d’effet. Ce sera peut-être avant l’été ou juste après, le temps de les analyser. Je n’ai pas fait faire ce rapport pour le mettre dans un tiroir. » Fier des succès rencontrés par des fictions de qualité comme Aïcha ou Fais dans la poussière, diffusés en première parie de soirée, Patrick de Carolis a salué ce lundi les efforts accomplis par ses équipes depuis son arrivée à la tête du groupe, en 2005, pour donner « une image équitable de la société française ». « Une image dans laquelle chacun, quelles que soient ses origines ethniques ou culturelles, puisse se reconnaître ». Le patron de l’audiovisuel public s’est également fait un point d’honneur à souligner que « la société française telle qu’elle apparaît sur les écrans de télévisons n’est pas une création de France télévisons », ni de la télévision française. « Ce n’est pas la télévision (…) qui édicte la règle sociale. (…) On ne peut pas reprocher à la télévision la monochromie des élites françaises qui (…) occupent une partie de l’espace médiatique ».

Si la diversité sur les écrans français revêt un « enjeu éthique et citoyen », il constitue aussi un « enjeu économique », a précisé Hervé Bourges. Car « la diversité peut amener vers France Télévisons un public plus jeune » qui permettra notamment à l’audiovisuel public de « rester au centre du paysage audiovisuel français » et de contribuer à la formation, selon Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, de « l’honnête homme qui est un homme mêlé, un homme dont la culture est nourrie d’identités plurielles ». Il a assuré France Télévisions du soutien de son ministère et entend, dans cette optique, donner un nouvel élan à cette démarche à l’occasion du prochain renouvellement du Fonds images de la diversité. Doté de près de 9 milliards, il aurait déjà fait la preuve de son efficacité. Deux autres rapports sur la diversité produits par le CSA et la commission médias et diversité sont attendus durant ce mois d’avril alors que les dernières enquêtes du Club Averroès, qui milite pour la diversité dans les médias, estime que sa représentation est « en stagnation ».

A l’heure du cinquantenaire des indépendances africaines auquel France Télévisions consacrera des émissions spéciales, la diversité passe aussi, pour Hervé Bourges, par l’écho fait à une histoire commune déterminante dans les nouvelles relations à venir.



à la une




communiqués

afrik-foot