29 août 2014 / Mis à jour à 16:01 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux

Guinée - Politique - Religion
Guinée : Alpha Condé sur la sellette
Le politicien aurait déclaré qu’il a « honte d’être musulman... ». Depuis quelques jours, le leader du Rassemblement du peuple (RPG), le professeur Alpha Condé, est au centre d’une vive polémique. A l’origine de celle-ci, une déclaration tendancieuse. « J’ai honte d’être musulman », aurait affirmé l’homme politique au sortir de la rencontre entre le chef de la junte, Moussa Dadis Camara, et les forces vives de la nation, le 9 février dernier, à Conakry.

Notre correspondant en Guinée

Au sortir de la rencontre entre le président Dadis Camara et les forces vives de la nation (partis politiques, syndicats et organisations de la société civile), le 9 février dernier, à Conakry, les religieux (chrétiens et musulmans) ont pris la parole à tour de rôle, pour dire ce qu’ils pensaient de la transition. Alpha Condé, le leader du RPG, n’aurait alors pas apprécié les propos des chefs religieux musulmans qui, selon lui, étaient démagogiques (près de 80% des Guinéens sont musulmans). Il aurait, par contre, apprécié l’intervention du représentant des chrétiens, Monseigneur Albert Gomez. Alpha Condé aurait signifié cela au sortir de la salle, dans un entretien privé avec ce chrétien., en déclarant : « J’ai honte d’être musulman... ».

Un journaliste qui était à côté aurait capté ses propos. Il les a publiés dans l’hebdomadaire L’indépendant. Vu le tollé que cet article a suscité, la direction du parti d’Alpha Condé a aussitôt produit un démenti. Alpha Condé, lui, se trouvait déjà à Dakar, au Sénégal. Mais le journal dans sa livraison du jeudi 19 février persiste et signe : « Alpha Condé a bel et bien tenu ces propos ». Mais il y a pire, le collège des imams de Guinée est entré dans la danse et a fait publier dans le journal incriminé une lettre ouverte à Alpha Condé. Dans cette missive, le collège des imams exprime son indignation vis-à-vis du professeur Alpha Condé. « L’islam n’a pas de regret pour l’affection d’un indécis », assène-t-il, péremptoire.

Lire aussi :

- De retour en Guinée, Alpha Condé veut suivre les traces d’Obama


dossier
Après une longue agonie, le général Lansana Conté est décédé le 22 décembre, à Conakry, après avoir régné 24 ans sur la Guinée, laissant derrière lui un pays aux infrastructures quasi inexistantes et une population très pauvre. Le lendemain, un groupe de militaire putschistes, le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), a pris le pouvoir. Son leader, le capitaine Moussa Dadis Camara, a été proclamé président de la Guinée. Il a promis à la population guinéenne de combattre la...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles