24 avril 2014 / Mis à jour à 17:08 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Réunion - Justice - Monde créole
Carla Bruni Sarkozy nue : la justice condamne Pardon
La marque réunionnaise avait commercialisé un sac illustré d’une photo de la première dame nue. La justice française a condamné, jeudi, la marque de vêtements Pardon à verser 40 000 euros d’amende à Carla Bruni Sarkozy. La société avait commercialisé 10 000 sacs sur lesquels figurait une photo retouchée de la première dame de France nue. Le tribunal de grande instance de Saint-Denis a estimé qu’il s’agissait d’un « dommage patrimonial et moral ». Encore une victoire judiciaire pour les Sarkozy.

La société réunionnaise « Pardon » a été condamnée jeudi, par la justice française, à verser 40 000 euros à la première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, pour avoir reproduit une photo d’elle, nue, sur ses« shopping sacs ». Le tribunal de grande instance de Saint-Denis de la Réunion a estimé que « l’utilisation non autorisée de l’image de Carla Bruni lui caus(ait) un dommage patrimonial et moral ». La société spécialisée dans les articles de plage et les t-shirts devra aussi verser 3000 euros de frais de justice à la plaignante. La diffusion des 10 000 sacs créés est désormais interdite et Pardon sera passible de 100 euros d’amende par effraction constatée.

« Quarante mille euros, c’est beaucoup pour une petite bêtise »

Lundi, Peter Mertes, fondateur et président de la marque, a déclaré que le retrait des sacs en vente dans ses boutiques avait été effectué et que les stocks restants seraient brulés. Il compte faire appel de la décision de justice estimant que « 40 000 euros, c’est beaucoup pour une petite bêtise ».

La photo originale de Michel Comte
La photo originale de Michel Comte

La moitié des sacs a déjà été vendue avant que Carla Bruni ne porte plainte. Ceux-ci étaient offerts aux clients achetant un article supérieur à 5 euros, ou vendus à trois euros l’unité. Ils représentaient une photographie retouchée de Carla Bruni, nue, de face, les mains croisées sur le bas-ventre. La marque y avait fait apposer une bulle dans laquelle la première dame de France en tenue d’Eve disait : « Mon mec aurait dû m’acheter du Pardon ». La photo originale date de 1993. Elle a été réalisée par Michel Comte dans le cadre d’une campagne contre le sida.

Enième procès pour les époux Sarkozy

C’est donc une nouvelle victoire pour le couple présidentiel qui, par ailleurs, fête un an de mariage ce jeudi. Carla Bruni qui avait initialement demandé 125 000 euros d’amende pour « préjudice moral et patrimonial » compte reverser la somme gagnée à des œuvres caritatives. Dans une affaire précédente, le couple présidentiel avait obtenu 60 000 euros au titre du « préjudice patrimonial » contre la compagnie aérienne Ryanair qui avait utilisé sans autorisation une photo des époux à des fins publicitaires. La première dame de France avait fait don de cette coquette compensation aux Restos du Cœur.

Carla Bruni-Sarkozy s’en sort mieux que son mari par ces temps de crise. Le président français avait, en octobre dernier, intenté un procès contre la société qui avait commercialisé une poupée vaudou à son effigie. La justice lui avait accordé seulement 1 euro de dommages et intérêts et n’avait pas demandé le retrait du commerce de ces poupées.

La société réunionnaise Pardon n’en est pas à son premier gros coup médiatique. Elle s’était précédemment fait connaitre pour avoir vendu des strings à l’effigie de la vierge Marie. Le président de Pardon s’est ravisé jeudi sur le sort que connaitraient les sacs restants. Il a déclaré qu’il chercherait une solution « écologiquement plus correcte » que de bruler les sacs pour s’en débarrasser. Le vaudou a peut-être quelques adeptes sur l’île de la Réunion...

Lire aussi :
- Poupée vaudou : Nicolas Sarkozy a bien raison de s’inquiéter…


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers