25 septembre 2017 / Mis à jour à 05:28 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Ile Maurice - International - Commerce
Maurice : comment devenir un Etat riche selon « Dubaï investment »
Le patron de la société émiratie l’a expliqué au forum Afrique-Amériques-Asie. Le patron du groupe « Dubaï invetsment group » est intervenu lors du forum Afrique-Amériques-Asie, qui se tient en ce moment à Maurice, pour évoquer la réussite spectaculaire de l’émirat dont il est originaire. Système de gouvernement, environnement propice aux affaires, infrastructures... Soud Ba’alawy a omis de parler du pécule en pétrole qui a permis aux Emirats arabes unis de se lancer.

Port-Louis, Maurice,

Le groupe « Dubaï investment group » (DIG) va investir une somme de 250 millions de dollars à Maurice, dans les prochaines années, notamment dans l’industrie touristique et l’immobilier, a déclaré son directeur exécutif, Soud Ba’alawy, à l’ouverture du forum Afrique-Amériques-Asie (AAA) qui se tient actuellement à Pailles, près de Port-Louis. Intervenant lors de la séance plénière du forum sur le commerce international, M. Ba’alawy a indiqué, évoquant la réussite de son pays, que Dubaï compte de nombreux avantages, principalement sa forme de gouvernement, une monarchie.

« N’importe quel autre pays » peut le faire...

« Dubaï n’a accompli rien d’extraordinaire. Ce n’est pas de la magie. Ce que cette entité des Emirats arabes unis (EAU) a réussi en matière de développement économique durant les dernières années peut être fait par n’importe quel autre pays, qu’il soit sous une monarchie, une démocratie ou un régime dictatorial », a- t-il déclaré. Avant d’ajouter : « Il y a trente ans, on ne pouvait même pas parler de Produit intérieur brut (PIB) par tête d’habitant aux Emirats arabes unis. Aujourd’hui, celui-ci a atteint les 30 000 dollars ».

Selon lui, la chose la plus importante à faire si l’on veut améliorer son développement économique est de créer un environnement approprié aux affaires, faciliter le business, investir dans les soins de santé et dans l’éducation et permettre aux gens de différentes cultures et milieux de travailler ensemble.

Je ne sais pas « qui est le ministre des Finances de mon pays »

« Dubaï a créé un aéroport où tous les avions du monde peuvent atterrir et a offert des services de manutention, parfois gratuitement. Nous avons créé un aéroport pour devenir un hub. Ensuite, nous avons créé Emirates Airlines, l’une des compagnies les plus profitables au monde, a-t-il développé. Cette compagnie d’aviation a commencé ses opérations avec un capital de 10 millions de dollars et n’a jamais réclamé un seul dollar sous forme de subvention à son gouvernement. Aujourd’hui, elle fait des profits de 1,2 milliard de dollars annuellement ».

M. Ba’alawy, a indiqué que Dubaï a également fait construire des terminaux, un port et des services maritimes et aussi l’infrastructure hôtelière. Le tourisme est devenu aujourd’hui un de ses piliers économiques avec une contribution de 15% au niveau de son PIB.

« Ces choses sont arrivées parce que les gens ont laissé la politique de côté et se sont concentrés sur le commerce. Si vous me demandez qui est le ministre des Finances de mon pays, je vous dirai que je ne sais pas. Mais je vous dirai qui est l’homme le plus riche de Dubaï », a-t-il conclut, omettant d’évoquer les milliards de dollars de recettes en pétrole et gaz naturel, majoritairement en provenance d’Abu Dhabi, que les sept émirats qui composent les EAU se partagent.



à la une




communiqués

afrik-foot