3 décembre 2016 / Mis à jour à 18:36 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Algérie - France - Justice - Politique - Religion - Presse - Vie des médias - Crime et banditisme - Prison
Algérie : 3 mois de prison ferme contre l’imam qui a menacé l’écrivain Kamel Daoud
Kamel Daoud

Le tribunal d’Oran condamné à six mois de prison dont trois ferme l’imam salafiste Zraoui Hamadache, qui avait menacé de mort l’écrivain et journaliste Kamel Daoud.

L’imam salafiste Zraoui Hamadache, qui avait menacé de mort l’écrivain et journaliste Kamel Daoud, a été condamné, ce mardi 8 mars 2016, à six mois de prison dont trois ferme. Le tribunal lui a en outre infligé une amende de 50 000 dinars (environ 500 euros).

L’affaire remonte à décembre 2014, alors que l’imam publiait sur Facebook un appel contre Kamel Daoud qu’il qualifie « d’apostat » et de « sioniste qui insulte le Coran et combat l’islam ». L’imam s’était montré très menaçant et avait écrit dans ce post que « si la charia islamique était appliquée en Algérie, la sanction serait la mort pour apostasie et hérésie » contre le journaliste. Mieux, l’imam est allé jusqu’à appeler les autorités algériennes à condamner Kamel Daoud et à « l’exécuter publiquement pour sa guerre contre l’Islam ».

L’imam avait jugé le chroniqueur coupable de mener « une guerre contre Allah, son prophète, le Coran et les valeurs sacrées de l’islam » et donc passible, selon lui, de la peine de mort. Appel qui avait suscité des condamnations de l’imam et un soutien au romancier. Face au juge d’Oran, le 1er mars, Ziraoui Hamadache avait maintenu ses propos. L’avocat de Kamel Daoud avait demandé une condamnation à une amende symbolique d’un dinar algérien. Le procureur avait pour sa part requis une peine de 6 mois de prison ferme et 50 000 dinars. Finalement, il est condamné à 6 mois de prison dont trois mois ferme et 50 000 dinars d’amende.



à la une




communiqués

en bref