Zimbabwe : Mugabe fixe la Présidentielle au 31 juillet

« Mon peuple a toujours besoin de moi. Et quand les gens ont besoin de vous, ce n’est pas le moment de tirer votre révérence ». Ces propos sont de Robert Mugabe, Président du Zimbabwe, pour justifier sa candidature à la prochaine Présidentielle, que le chef de l’Etat zimbabwéen a fixé au 31 juillet prochain.

C’est jeudi 13 juin, que Robert Mugabe a fixé la date des élections générales au 31 juillet. Décision qui rencontre la désapprobation de son Premier ministre, Morgan Tsvangirai. Sauf que ce dernier semble à l’étroit pour avoir perdu la sympathie de nombreux de ses compatriotes qui lui reprochent d’avoir « renoncé » à la Présidentielle de 2008.

A l’époque, principal rival de Mugabe, Morgan Tsvangirai qui avait réussi l’exploit de devancer le Président au premier tour, s’était finalement retiré après que son camp ait subit des menaces et autres intimidations. Il va cependant finir par intégrer l’équipe de Robert Mugabe qui, à travers un compromis, lui confie la Primature. Ce qui n’a pas été, et n’est toujours pas du goût des Zimbabwéens qui ont encore en mémoire cette sorte de trahison de la part de Tsvangirai.
Compte tenu des enseignements tirés de cette « mésaventure de 2008 », Morgan Tsvangirai veut s’entourer de toutes les garanties possibles et ainsi éviter le coup que lui avait fait son rival, Mugabe. Le Premier ministre réclame ainsi des réformes profondes avant la tenue d’un autre scrutin présidentiel, notamment la révision des listes électorales et la dépolitisation de l’armée.

Conscient des incidences des requêtes de son principal rival sur le résultat du prochain scrutin, Mugabe ne veut pas laisser le temps à Morgan Tsvangirai d’asseoir sa stratégie et compte organiser le vote au plus vite. Et il a réussi à obtenir l’aval de la Cour constitutionnelle qui, le 31 mai dernier, lui a donné le feu vert pour tenir l’élection présidentielle avant fin juillet.

Et c’est jeudi 13 juin que Robert Mugabé a choisi la date du 31 juillet pour la tenue de la Présidentielle. A 89 ans, il veut saisir une ultime opportunité d’être réélu comme président du Zimbabwe.