Zimbabwe : Mugabe déclaré vainqueur, Tsvangirai boude

Le Président zimbabwéen, Robert Mugabe, au pouvoir depuis 33 années, a été déclaré ce samedi 3 août, vainqueur des élections générales. Il est donc réélu Président du Zimbabwe avec 61% des voix, dès le premier tour.

Au pouvoir depuis les indépendances en 1980, le Président zimbabwéen sortant, Robert Gabriel Mugabe a été officiellement déclaré vainqueur des élections générales par la président de la Commission électorale, Rita Macarau. Un peu avant la proclamation de ces résultats, Morgan Tsvangirai déclarait qu’il ne participerait pas aux institutions du gouvernement.

« Je déclare que Monsieur Robert Gabriel Mugabe de la ZANU-PF a obtenu plus de la moitié des suffrages à l’élection présidentielle et est donc dûment élu président de la République du Zimbabwe à compter de ce jour », a annoncé la présidente de la Commission électorale, Rita Macarau. Dans le même temps, son principal rival, Morgan Tsvangirai, se retrouve avec 34% des suffrages. Le parti de Robert Mugabe obtient aussi la majorité qualifiée des deux tiers à l’Assemblée nationale.
Pourtant, quelques heures avant cette proclamation des résultats, Morgan Tsvangirai déclarait à l’issue d’une réunion de crise de son parti qu’il ne participera pas aux institutions du gouvernement. Son parti, le Mouvement pour le changement démocratique, qualifiait les élections d’illégales du fait des fraudes.

Selon les résultats de la Commission électorale, le parti de Robert Mugabe a franchi la barre de la majorité qualifiée des deux tiers d’élus à l’Assemblée nationale. D’après les résultats provisoires fournis par la Commission électorale, le parti de Mugabe totalise 158 sièges sur 210.

Tsvangirai, qui était Premier ministre dans le cadre d’un gouvernement d’union depuis 2009, estime que le Zimbabwe est encore plongé dans une nouvelle crise institutionnelle. Il a appelé les Zimbabwéens à ne pas coopérer avec le parti de Robert Mugabe. Une situation qui préoccupe l’Union européenne. Visiblement, Mugabe a pris toutes les dispositions pour éviter que la situation des élections de 2008 ne se renouvelle. En effet, à l’époque, il avait été contraint à un second tour par son rival Morgan Tsvangirai. Pour ne pas perdre le pouvoir, les militants du parti de Mugabe versent dans la violence au point de créer une véritable émeute au Zimbabbwe. Pour éviter que la situation ne dégénère en guerre civile, Morgan Tsvangirai retire sa candidature, permettant ainsi à Mubagé de retrouver son fauteuil de Président. Morgan Tsvangirai acceptait pas la suite le poste de Premier ministre pour faire revenir la paix au Zimbabwe.

Ayant tiré tous les enseignements de cette situation Mugabe se seraient arrangé pour remporter les élections vite fait, bien fait, selon certains observateurs.