Zimbabwe : Mugabe de plus en plus isolé

Le Président zimbabwéen, Robert Mugabe se sent de plus en plus seul. Et pour cause, le Président du Zimbabwe vient de perdre en quelque jour, ses plus proches alliés.

Robert Mugabe qui a été réélu pour un mandat de cinq ans, après les élections du 31 juillet, a perdu ses plus fidèles alliés en quelques jours. En effet, ce samedi, l’ancien ministre Kumbiraï Kangaï est mort à 75 ans. Il a été l’un des principaux acteurs de la lutte pour l’indépendance dans les années 1960-70. Ce décès a suivi celui d’Enos Nkala, un ancien ministre, mort à 81 ans. Ces décès isolent encore plus Robert Mugabe du pays ainsi que du reste du monde.

Robert Mugabe perd ses alliés

L’ancien ministre Kumbiraï Kangaï avait poursuivi au côté du Président Mugabe, la lutte pour l’indépendance. M. Kangai a été l’un des plus hauts dirigeants de la lutte contre la colonisation britannique dans les années 1970. Il avait occupé plusieurs postes ministériels après l’indépendance en 1980, dont celui de ministre de l’Agriculture. Jusqu’à sa mort, il a fait partie des instances de décision de la ZANU-PF, le bureau politique et le secrétariat du parti aux affaires extérieures. M. Kangai a siégé au Parlement de 1980 à 2008. Il a été l’un des alliés les plus proches du Président Mugabe. Suite à un malaise dont il a été victime chez lui, M Kangai est mort à son arrivée dans une clinique privée de la capitale. Le porte-parole de la ZANU-PF a déclaré que le parti ne savait pas encore la cause de sa mort, mais qu’il pensait qu’il pourrait s’agir d’une crise cardiaque ».

Le décès de Kumbaraï Kangaï intervient quelques jours après celui d’Enos Nkala, un autre proche de Mugabe. Ce dernier, ministre de la Défense au moment d’un massacre de quelque 20 000 Ndebele (un peuple d’Afrique du Sud), est mort le 21 août, à l’âge de 81 ans. La cause de sa mort n’est pas encore connue. Il avait co-fondé le parti Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU) en 1963, pour lutter contre la domination coloniale britannique et a occupé divers postes dans les gouvernements Mugabe.

De par ces décès, Robert Mugabe devient le dernier représentant de sa génération. Ces décès isolent de plus en plus le Président Mugabe qui doit faire face aux critiques du monde occidental, dénonçant des fraudes lors des élections présidentiels.