Zimbabwe : 15 ans de prison pour un empoisonneur d’éléphants

La condamnation en septembre dernier de trois braconniers n’a apparemment pas servi de leçon. En effet, un autre braconnier zimbabwéen vient d’être condamné à quinze de prison pour avoir empoisonné des éléphants au cyanure. Son co-accusé encourt la même peine.

Les autorités zimbabwéennes avaient affiché leur détermination et leur colère contre le braconnage devenu monnaie courante dans le pays. Après la découverte de carcasses d’éléphants empoisonnés au cyanure, dans le parc national de Hwange, le ton a été donné de traquer les braconniers et de les punir. C’est chose faite. Un des braconniers zimbabwéens a écopé de quinze ans de prison, a annoncé l’Autorité gérant les parcs nationaux.

Le tribunal de Hwange, dans l’ouest du pays, a prononcé la condamnation d’Akim Masuku, 26 ans, reconnu coupable des braconnages survenus dans le parc. Le jeune braconnier a été surpris en possession d’ivoire à Hwange, selon les sources judiciaires. L’homme qui était aussi en possession de cyanure encourt d’autres peines, car c’est une infraction aux lois de protection de l’environnement. Son complice, Norma Ncube, 18 ans, doit comparaître le 30 octobre prochain. En septembre dernier, trois autres braconniers ont été condamnés pour la même peine, plus une amende de 440 000 euros. Dans sa lutte contre les braconnages, les autorités zimbabwéennes ont donné aux villageois vivant près du parc jusqu’à fin octobre pour remettre le cyanure qu’ils détiendraient, au risque d’encourir une peine.

L’éléphant est une espèce protégée, mais une forte demande d’ivoire en Asie et au Moyen-Orient fait augmenter le trafic illégal, qui générerait selon les estimations, entre 7 et 10 milliards de dollars par an.