Zambie : les Etats-Unis décident de rappeler leur ambassadeur

Daniel Foote

Jugé indésirable en Zambie par le président de la République, l’ambassadeur des Etats-Unis, Daniel Foote est rappelé par son pays.

Il y a quelques jours, le Président zambien, Edgar Lungu, reconnu pour sa position anti-gays clairement affichée, avait eu des mots durs à l’égard de Daniel Foote, ambassadeur des Etats-Unis, après que ce dernier ait tenu des propos pro-gays, critiquant la condamnation à 15 ans de prison d’un couple homosexuel par la justice zambienne. Pour le chef de l’Etat, le diplomate américain était devenu persona non grata sur le territoire zambien : « nous ne voulons pas de personnes comme ça parmi nous », avait-il déclaré.

Environ une semaine plus tard, Washington a décidé de rappeler son représentant. « Lungu a dit qu’il ne voulait pas travailler (avec lui) et donc il n’y avait pas de raison qu’il reste », a confié sous anonymat une source à l’ambassade américaine. « Souvenez-vous qu’il y a des questions de sécurité et donc Washington veut qu’il rentre. Nous ne nous attendons pas à ce qu’il soit remplacé bientôt », a poursuivi la source. Ce qui donne à penser que les relations entre les deux pays déjà déclarées « pourries » par Daniel Foote risquent de se détériorer davantage. Qu’en sera-t-il alors de l’assistance financière annuelle évaluée à 500 millions de dollars dont la Zambie bénéficie de la part des Etats-Unis ? Impossible pour l’heure de savoir ce qu’il en adviendra.

Pour rappel, Daniel Foote vient juste de boucler deux ans de représentation en Zambie où il a présenté ses lettres de créances au Président Edgar Lungu le 14 décembre 2017.